Show Less

Modes d’expression agressive dans le contexte socioculturel rwandais

Essai de définition et d’interprétation

Series:

Pélagie Murebwayire

En étudiant via une approche ethnolinguistique le langage injurieux en milieu rwandophone, l’auteure examine les implications socioculturelles de la communication agressive en s’appuyant sur l’analyse grammaticale et l’interprétation sémantique de l’expression tant verbale qu’extra-verbale.
La mise en évidence de la rythmique et de la stylistique dans un choix d’illustrations représentatives vise à montrer que la littérature agressive issue de la tradition orale ne déroge pas aux règles usuelles de la création artistique.
En dévoilant l’âme du peuple rwandais, avec son vécu traditionnel et ses préoccupations existentielles, l’ouvrage vise notamment à interroger la société sur les inégalités sociales traditionnelles qui se traduisent par le langage agressif.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Préface 11

Extract

11 Préface Pélagie Murebwayire vient poser son regard de linguiste sur un mode de communication particulier et qu’elle préfère nommer, par euphé- misme, « expression agressive ». Sous ce terme se retrouve toute forme de langage véhiculant la violence, verbale ou non, qui ne porte pas atteinte à l’intégrité physique de la victime. Même si elle traite de la mimique et d’autres gestes « déplacés », su- jet ô combien significatif dans un pays où n’uúhigimye aba avúze, « tout son, même inarticulé, a un sens », l’essentiel de son exposé se concentre sur les insultes, manifestation par excellence de la violence verbale. Comme dans la plupart des cultures, les insultes restent avant tout un moyen de communication. Munies de fonctions précises, qu’elles soient expressives ou impressives, elles sont destinées à blesser l’autre inten- tionnellement à travers des thèmes qui tournent autour du malheur (mort, maladie, stérilité…). L’originalité des insultes, dans le contexte rwandais, réside dans la richesse de leur corpus (ukwáanga ahita mu bitútsi, « celui qui te déteste n’a que l’embarras du choix parmi les insultes ») et leur diversité formelle, déclinée en mots isolés, phrases structurées prêtes à l’emploi ou sous forme libre et tirades de vers plus ou moins longues. À côté de la scatologie ordinaire, leurs cibles privilé- giées sont la minorité Twa et les femmes. Là où les premiers servent de têtes de Turc à leurs compatriotes Bahutu et...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.