Show Less

Les relations culturelles internationales au XXe siècle

De la diplomatie culturelle à l’acculturation

Series:

Edited By Anne Dulphy, Robert Frank, Marie Anne Matard Bonucci and Pascal Ory

Longtemps marginalisée, sinon négligée, l’histoire des relations culturelles internationales a désormais droit de cité. En quelques années, la bibliographie s’est considérablement étoffée et les initiatives scientifiques se sont multipliées, en France comme à l’étranger. Ce livre, au croisement des disciplines historiques – histoire culturelle, histoire des relations internationales – synthétise à la fois les réflexions antérieures et les travaux les plus récents. Son objectif est de clarifier les concepts et de proposer des méthodes d’analyse.
Des notions en apparence aussi élémentaires que celles de « relations », d’« échanges » ou de « transferts » culturels méritent une définition rigoureuse. Elles sont ici mises en perspective historique dans un ensemble d’études qui montre les divers degrés de la relation, depuis la plus institutionnelle et la plus volontariste (la diplomatie culturelle) jusqu’aux multiples formes de l’acculturation.
Dans le présent ouvrage, l’étude historique de la relation culturelle passe par une analyse systématique de ses facteurs, de ses acteurs et, bien entendu, de son sens et de ses effets, ce qui suppose une lecture des phénomènes d’hégémonie, des mécanismes d’appropriation et des contenus, qu’ils soient esthétiques ou éthiques. Chacun des processus évoqués est considéré sous l’angle des dynamiques spatiales et temporelles, et propose une périodisation et des grilles d’interprétation.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion 667

Extract

667 Conclusion Robert FRANK Université Paris 1 Sur l’histoire des relations culturelles internationales, ce livre synthé- tise à la fois des réflexions inscrites dans la durée et les travaux les plus récents. Les responsables de l’ouvrage ont d’ailleurs tenu à opérer « l’amalgame » entre des chercheurs confirmés dont l’expérience accu- mulée n’empêche pas le renouvellement, et des jeunes talents dont les recherches novatrices ne négligent pas les acquis mis en œuvre par leurs devanciers. Du côté du long terme historiographique, les historiens des relations internationales s’intéressent depuis longtemps à la culture, aux phéno- mènes culturels et à leur poids dans les rapports entre les hommes à travers les frontières. Dès 1948, dans la troisième édition de son livre classique sur la Première Guerre mondiale, Pierre Renouvin consacre de nombreuses pages à ce qui pourrait constituer une ébauche d’histoire culturelle de la relation internationale extrême qu’a été ce conflit : il y aborde les questions de « mentalités », d’« opinion publique », d’« images de l’Autre », de grands sentiments collectifs1. Par la suite, l’école française d’histoire des relations internationales a continué dans cette voie, en donnant une bonne place à la dimension culturelle des « forces profondes » qui façonnent les rapports entre les peuples et les sociétés. Mais, à cette appréhension de la « culture », il a longtemps manqué une composante : les internationalistes ont eu tendance à privi- l...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.