Show Less

La Chine sur la scène internationale

Vers une puissance responsable ?

Series:

Edited By Tanguy de Wilde d'Estmael and Tanguy Struye de Swielande

La Chine s’est éveillée au monde. Elle multiplie sans ambages les relations avec les autres sujets de la scène internationale. C’est une nouveauté. La mentalité impériale ne concevait les rapports avec les autres que sous l’angle de l’allégeance ou de la vassalité et non sur le mode du rapport égalitaire. Aujourd’hui, la Chine se projette sur la scène internationale avec, certes, un attachement farouche à la souveraineté étatique, mais en postulant ipso facto une égalité entre Etats. Pékin entre dans le jeu international avec son prisme national, tant pour y tenir un certain rôle que pour veiller à ce que les règles ne soient pas modifiées à son insu ou à son détriment. C’est à cette rencontre singulière de la Chine avec le monde que cet ouvrage est consacré.
La première interrogation porte sur l’ascension pacifique de la Chine dans les relations internationales que Pékin préfère présenter désormais comme un développement pacifique. Si, dans cette optique, le discours officiel recycle à bien des égards les principes de la coexistence pacifique, la réalité ne peut toutefois être éludée : quel type de puissance la Chine est-elle et entend-elle être parmi les acteurs déterminants de la scène internationale ? L’influence planétaire revendiquée a-t-elle comme corollaire une responsabilité accrue dans la sécurité globale ?

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PARTIE III - LES AMBITIONS RÉGIONALES DE LA CHINE

Extract

PARTIE III LES AMBITIONS REGIONALES DE LA CHINE 241 La Chine et la « Grande Asie centrale » dans la période post-11 septembre Thierry KELLNER I. Introduction Avec la pénétration inattendue des États-Unis en Asie centrale1 dans le cadre des opérations en Afghanistan, la Chine a subi un important revers au regard des objectifs de sa politique étrangère des années 1990 dans cette région2. Pourtant, cet échec est passager. En effet, d’un côté, la nouvelle influence américaine atteint très rapidement ses limites alors que de l’autre, Pékin ne reste pas inactif. Au contraire, il réagit très pragmatiquement en s’appuyant sur les bases mises en place durant les années 1990 et en saisissant les opportunités offertes par les erreurs de l’administration américaine et les frustrations des régimes centrasia- tiques face aux choix de Washington. Tout en s’alignant sur l’administration américaine et en s’associant à la « guerre contre le terrorisme », la Chine relance immédiatement ses relations politiques et économiques bilatérales avec l’ensemble des États centrasiatiques. Elle remet également l’accent sur la coopération régionale multilatérale grâce au renforcement institutionnel et à l’élargissement des activités de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) créée en 2001. Outre ces instruments, la diplomatie chinoise utilise le refroidisse- ment des relations entre les États-Unis et les régimes centrasiatiques à l’occasion de la guerre d’Irak mais aussi de la vague de « révolutions colorées...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.