Show Less

La traduction de la littérature d’enfance et de jeunesse et le dilemme du destinataire

Préface de Jean Perrot

Series:

Roberta Pederzoli

La traduction littéraire d’enfance et de jeunesse s’impose aujourd’hui non seulement comme une réalité éditoriale importante, mais aussi comme un domaine théorique en pleine expansion. Dans ce contexte, le présent ouvrage se propose de développer une réflexion générale, théorique et appliquée à même de mettre à jour les enjeux et les caractéristiques de la traduction littéraire d’enfance et de jeunesse. Pour ce faire, il entend présenter une méthodologie d’étude innovante, combinant analyse qualitative et analyse quantitative, permettant à la fois de mieux saisir les particularités stylistiques des traductions, et de mieux les confronter à leurs textes de départs respectifs. En outre, il vise à remettre en cause l’approche « target-oriented », très désaxée en faveur du lecteur enfant, souvent au détriment de la spécificité littéraire et esthétique du texte original, qui prévaut dans la pratique mais constitue aussi un courant théorique fort concernant la traduction de jeunesse.
L’analyse est fondée sur de nombreux exemples, tirés d’un corpus de textes contemporains traduits en français, italien et allemand, et qui sont étudiés à la lumière des acquis de la théorie de la traduction littéraire d’enfance et de la traductologie générale, intégrant également les travaux de la critique littéraire spécialisée. Ainsi plusieurs aspects parmi les plus significatifs de la traduction destinée aux enfants seront abordés : des questions liées à la médiation culturelle, aux normes et aux manipulations à l’œuvre dans les textes d’arrivée, en passant par une réflexion sur la notion, très controversée, de « lisibilité ».

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE 2. La traduction de la littérature d’enfance et de jeunesse entre aspirations littéraires, contraintes éducatives et exigences commerciales

Extract

57 CHAPITRE 2 La traduction de la littérature d’enfance et de jeunesse entre aspirations littéraires, contraintes éducatives et exigences commerciales I. La naissance et l’évolution de la théorie de la traduction d’enfance et de jeunesse A. Les origines Depuis toujours, la littérature d’enfance et de jeunesse et la traduction sont liées de façon profonde et indissoluble. Comme le souligne Isabelle Nières-Chevrel, « c’est en Angleterre, aux Pays-Bas, en Allemagne et en France que s’invente, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la pre- mière littérature de fiction destinée à la jeunesse. Cette littérature est d’emblée internationale et largement fondée sur la traduction » (2008 : 18). Si cette dimension internationale va demeurer une constante de la production destinée à la jeunesse, l’apport de la traduction s’avère dès le début particulièrement précieux, voire crucial pour son évolution : Dans un premier temps, les livres traduits fournissent des textes ; ils cons- truisent un public de jeunes lecteurs et des habitudes de lecture. Dans un se- cond temps, ils stimulent la création de jeunes écrivains nationaux en les familiarisant avec des thématiques et des modèles littéraires. Du XVIIIe siècle à aujourd’hui […] les littératures de jeunesse se sont toujours emprunté les unes aux autres des concepts éditoriaux, des modèles génériques, des thématiques, des formes esthétiques. (Ibid. : 20) Mais en dépit de ce rôle fondamental des traductions, les...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.