Show Less

L’entourage de Georges Pompidou (1962–1974)

Institutions, Hommes et Pratiques

Series:

Sabrina Tricaud

Ce livre retrace l’histoire de l’entourage de Georges Pompidou, Premier ministre du général de Gaulle de 1962 à 1968, puis président de la République de juin 1969 à son décès le 2 avril 1974.
L’organisation, la structure, et le fonctionnement du cabinet du Premier ministre et du Secrétariat général de l’Élysée sous Georges Pompidou sont présentés dans cet ouvrage.
Il étudie les adaptations apportées par le successeur du Général dans le processus de stabilisation des institutions de la V e République ; il décrit également l’histoire des hommes et des femmes qui ont travaillé aux cabinets civils et militaires de Georges Pompidou à Matignon puis à l’Élysée. À travers l’analyse de leur formation, profil, carrière professionnelle et politique, ce livre enrichit les travaux sur le personnel politico-administratif des années 1960–1970.
Enfin, l’analyse des relations entre Georges Pompidou et son entourage soulève la délicate et sempiternelle question de l’influence que peuvent exercer les conseillers du Prince et interroge, plus largement, le processus décisionnel sous la V e République.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Troisième partie. Les collaborateurs de Georges Pompidou : profils, carrières, réseaux

Extract

TROISIÈME PARTIE LES COLLABORATEURS DE GEORGES POMPIDOU : PROFILS, CARRIÈRES, RÉSEAUX 241 Introduction « Que serait la politique, si elle n’était pas régie par la passion de l’humain ? C’est cette passion qui nous est commune et qui fait que nous n’exerçons pas un métier mais répondons à une vocation. » G. Pompidou, discours du 27 mai 19661 Durant la campagne présidentielle de 1969, Georges Pompidou prend soin de préciser, à plusieurs reprises, ses conceptions des relations entre le pouvoir politique et l’administration, sujet au cœur des revendi- cations du mouvement de Mai 1968 : J’ai, explique-t-il ainsi, une conception du gouvernement que j’essaierai, si je peux, de faire prévaloir, dans laquelle je crois davantage à la présence des politiques qu’à la présence des fonctionnaires. […] Je trouve que la France souffre d’un excès de technocratie à tous les échelons, y compris à l’échelon gouvernemental, et ceci depuis très longtemps, ce qui ne veut pas dire qu’il ne faille pas être compétent2. Le futur président de la République relaie ici les critiques de plus en plus vives, à l’époque, à l’égard de l’État, de ses représentants, de l’administration et des cabinets ministériels, faisant écho à ce qu’Edgar Faure dénonce au même moment sous le nom de « technostructure »3, et que Pierre Mendès France stigmatisait comme le « règne des “jeunes messieurs” »4. Il ne fait plus de doute, aujourd’hui, que l’avènement de 1 G. Pompidou,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.