Show Less

Jacques Chevalier (1882–1962) et la philosophie française

Jean-François Petit

Brillant agrégé de philosophie à 21 ans, Jacques Chevalier a contribué, plus que tout autre, au rayonnement de la pensée française dans l’entre-deux guerres. Bon connaisseur de Platon et Aristote, disciple de Bergson, il va parcourir toute l’Europe pour faire connaitre Maine de Biran, Pascal et Descartes, tout en s’intéressant de près à la mystique.
Son travail sans précédent d’historien de la philosophie reste encore à découvrir, moins pour son engagement politique discutable que la profondeur de son travail d’historien de la philosophie.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

L’orientation Métaphysique

Extract

177 La métaphysique, un chemin entre philosophie et théologie ? Il reste dans cette dernière étape à voir comment la métaphysique de Chevalier est dépendante de ces filiations et de ces étayages historiques décrits dans les trois parties précédentes. Incontestablement, Chevalier aura été original sur ce terrain de la métaphysique. Celle- ci n’est- elle pas un point de jonction entre la philosophie et la théologie ? Est- elle une radicalisation de l’exercice philosophique ? Une contestation de la théo- logie ? Toutes ces hypothèses vont devoir être creusées. On l’a vu, Chevalier parcourt en bergsonien en tous sens les déve- loppements de la pensée philosophique, avec des auteurs de prédilection comme Descartes, Pascal ou Maine de Biran. Mais il n’est pas démuni vis- à- vis de la tradition théologique, qu’il n’analyse pas d’abord en elle- même, sauf dans de rares exceptions, comme le cas de la théologie de Newman, où il cherche une « clé de la théorie du développement »1. La réduction de l’écart entre philosophie et théologie s’opère d’abord par la mystique (ch. 8). Chevalier ne doute pas un instant de sa pertinence. Elle permet d’abord d’approcher Dieu autrement que par une concep- tualisation philosophique inadaptée. Elle déborde aussi la théologie dont elle épure le discours. Selon la formule même de Bergson, elle est donc « un puissant auxiliaire de la philosophie »2. Certes, étudier...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.