Show Less

La littérature obstinée

Le roman chez Juan José Saer, Ricardo Piglia et Roberto Bolaño

Series:

Andrea Perdigón Torres

Une idée particulière de littérature est née au cours des XVIII e et XIX e siècles, période qui coïncide avec la naissance du genre romanesque moderne. L’émergence d’un roman moderne, issu des transformations de l’époque, configure un champ virtuel de caractéristiques qui a marqué aussi bien la théorie littéraire du XX e siècle que la production de textes.
Cet ouvrage présente une étude comparative des poétiques de Juan José Saer, Ricardo Piglia et Roberto Bolaño afin de questionner, d’un point de vue théorique, la vitalité de cette idée de roman moderne et, par voie de conséquence, de la notion même de littérature qu’elle suppose.
Puisant dans le contenu des essais et des entretiens de ces auteurs hispanoaméricains majeurs, l’analyse des formes narratives, réflexives et hybrides de trois de leurs romans ( La grande, La ciudad ausente et 2666) révèle chez eux la présence des traits principaux du roman moderne que le présent ouvrage examine en profondeur : l’indétermination, la réflexivité et l’expérience.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

Remerciements

Extract

Cette étude est issue d’une thèse doctorale soutenue à l’Université Paris-Sorbonne en 2014. Je voudrais donc remercier d’une manière spéciale et chaleureuse les personnes qui ont été présentes pendant la période de rédaction et d’édition de ce texte et qui l’ont enrichi avec leurs commentaires et suggestions: merci à Nicolás Alvarado, mon lecteur inconditionnel, toujours précis et généreux. À Mathilde Silveira, pour sa lecture attentive et ses conseils. À Diego Vernazza, pour les remarques enthousiastes et l’intérêt encourageant qu’il a manifesté pour cette recherche. À Jérôme Dulou, Ivonne Sánchez, Frédérik Detue, Carlos Pérez et Camilo Vargas pour les suggestions et l’échange à propos de certains chapitres. Je voudrais remercier aussi ma collègue Sylvie Decaux pour la relecture des traductions de plusieurs citations ainsi que Maya Anderson pour son aide vers la fin. Merci à mes parents et à mon frère pour leur soutien et leur indispensable compagnie, malgré la distance. Ma gratitude est immense. De même, j’aimerais remercier les membres du jury de thèse pour leurs commentaires et leurs critiques, très utiles pour l’édition du texte : Graciela Villanueva, José García-Romeu, Karim Benmiloud, Joaquín Manzi et Eduardo Ramos-Izquierdo. Finalement, je voudrais évoquer la mémoire de Javier González Luna, professeur qui a marqué ma formation et à qui je dois l’envie de faire de la recherche.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.