Show Less

La Poste, servante et actrice des relations internationales (XVIe–XIXe siècle)

Series:

Edited By Alexandre Tessier

L’existence de relations postales est généralement perçue comme un prérequis de l’essor de la diplomatie moderne. L’apparition de routes de relais sur de grandes distances, à la fin du Moyen Âge, permit tout d’abord aux diplomates de maintenir un contact régulier avec leurs cours d’origine, d’où la multiplication des ambassades permanentes. Puis, vers la fin du XVI e siècle, l’extension des services publics de Poste aux lettres entraîna une baisse drastique des coûts de communication : l’envoi de courriers particuliers put devenir exceptionnel ; les ambassades se mirent à vivre au rythme des « ordinaires », ces convois de lettres ouverts à tous, qui chaque semaine reliaient les capitales européennes entre elles. La diplomatie entrait dans son âge classique.
L’objet des études rassemblées dans ce recueil est de dépasser ce scénario trop général pour explorer en quoi consista le partenariat effectif, quotidien, intime, qui dut nécessairement se nouer entre la diplomatie et la Poste. Balayant l’ensemble de l’Europe moderne, ces contributions révèlent la grande variété des situations, selon les régions ou périodes considérées. Abordant un riche éventail de thèmes – rôle des cabinets noirs, usage des guides postaux, connivences entre journalistes et diplomates –, elles montrent aussi que les contraintes des moyens de communication disponibles ne pesaient pas seulement de façon négative sur l’activité diplomatique : elles lui ouvraient maintes perspectives de manipulation de l’information. C’est en ce sens que, servante incontournable des relations internationales à l’Époque moderne, la Poste peut aussi prétendre au statut d’actrice des affaires.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Avant-propos (Muriel Le Roux)

Extract

9avant-propos Muriel le Roux Chargée de recherche au CNRS, IHMC – ENS – Paris 1 Responsable des programmes de recherche du CHP et de la collection « Histoire de la Poste et des communications. Échanges et territoires » Lorsque Alexandre Tessier m’a soumis l’idée d’une journée d’étude sur le thème « Postes et Diplomatie », après l’avoir discutée avec Reynald Abad (Université Paris-Sorbonne), François Cadilhon (Université Bordeaux-Montaigne), Jean-Luc Chappey (IHMC – Université Panthéon-Sorbonne), spécialistes de l’Époque moderne et membres de la commission scientifique du Comité pour l’Histoire de La Poste, nous avons décidé de soutenir ce projet qui relevait du périmètre de recherche du CHP. Cette journée d’étude de très bonne facture scientifique s’est tenue, le 25 septembre 2013, aux Archives diplomatiques à La Courneuve. Dix des textes de cet ouvrage ont été présentés au cours de cette journée. Les échanges et les communications – outils requis par la diplomatie – sont au cœur des problématiques présentées et constituent le fil rouge de cet ouvrage. En dévoilant les multiples facettes d’un sujet complexe encore peu étudié par les historiens des relations internationales, les auteurs nous invitent ici à poser un regard nouveau sur l’histoire de l’Europe à l’Époque moderne. Les débats soulignent, si besoin était, la corrélation entre maîtrise des outils, qu’ils soient techniques, organisationnels ou juridiques et politiques. Mais ne sait- on pas, de longue date, combien l’histoire des choses banales (par...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.