Show Less

La phrase autonome

Théorie et manifestations

Series:

Jean-Claude Anscombre, Bernard Darbord, Alexandra Oddo and César García de Lucas

Les problèmes que pose une approche linguistique de la phrase autonome ne sont pas nouveaux : ils reviennent à l’ordre du jour par suite de l’intérêt porté à des champs qui n’avaient pas été encore assez envisagés comme objet d’étude. Ainsi les proverbes et les sentences, les routines formulaires, les phrases situationnelles ; mais aussi des thèmes plus anciennement connus mais quelque peu négligés, comme les exclamatives ou encore les phrases averbales.
Il faut aborder d’abord le problème de la définition de la phrase autonome : on admet généralement qu’il s’agit d’unités phrastiques ayant comme caractéristiques d’être syntaxiquement indépendantes de leur entourage (autonomie syntaxique) et d’être interprétables sans recours à cet entourage (autonomie sémantique).
Par ailleurs, les phrases autonomes sont considérées par beaucoup comme des unités figées, ce qui interroge d’une part leur statut lexical et d’autre part leur relation exacte au figement, dans la mesure où certains cas semblent peu convaincants.
Le but de l’ouvrage est de faire le point sur ces questions en réunissant des chercheurs travaillant dans tout ou partie de ce domaine, et sur une ou plusieurs langues.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract

Les problèmes que pose une approche linguistique un tant soit peu rigoureuse de la phrase autonome ne sont pas nouveaux. Déjà Jespersen, dès 1924 ! – et reprenant les travaux de Brugman (1918) qu’il critique sur ce sujet – note la difficulté de la définition d’une part, et du caractère compliqué et peu satisfaisant des classifications qui ont été proposées pour ces phrases autonomes. Le problème revient à l’ordre du jour par suite de l’intérêt porté à des champs non pas nouveaux mais qui n’avaient pas été jusqu’à une date récente envisagés comme objet d’étude. Ainsi les proverbes et autres formes sentencieuses, les routines formulaires, les phrases situationnelles, etc. Mais aussi des thèmes plus anciennement connus mais quelque peu négligés, comme les exclamatives ou encore les phrases averbales. Avec ce regain d’intérêt, les études se sont multipliées, mais aussi les problèmes, tant particuliers que généraux. On peut grosso modo les subdiviser en trois groupes, même si ces trois sous-groupes ne relèvent pas de problématiques indépendantes : a) Le problème de la définition du concept de base de phrase autonome : l’immense majorité des linguistes admettent qu’il s’agit d’unités phrastiques ayant comme caractéristiques d’une part, d’être syntaxiquement indépendantes de leur entourage (autonomie syntaxique) et d’autre part, d’être interprétables sans recours à cet entourage (autonomie sémantique). Il reste cependant à préciser ces caractéristiques pour l’instant...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.