Show Less

Concurrences régionales dans un monde multipolaire émergent

Series:

Edited By Sebastian Santander

Cet ouvrage se penche sur le regain d’importance qu’ont pris les organisations régionales dans les relations internationales de l’après-guerre froide marquées, notamment, par l’accélération de la globalisation et de la diffusion du pouvoir mondial. L’ouvrage s’intéresse au rapport des régions à la transformation en cours des équilibres mondiaux et partant au sens qu’elles insufflent à l’ordre international actuel.
Chaque projet régional est porteur à l’extérieur de normes et règles qui lui sont propres, ce qui n’est pas sans produire une concurrence entre groupements. Cette rivalité entre blocs régionaux existe tant au niveau de chaque continent qu’à l’échelle planétaire. Bien que cette concurrence est loin de constituer un phénomène nouveau, elle a pris de l’ampleur avec, notamment, la prolifération de toute une série de méga-blocs régionaux, d’associations transrégionales ou de coopération interrégionale (TTIP, TTP, « une ceinture, une route », Union eurasienne, RCEP, partenariat UE/CELAC, Asem), dont l’objectif premier est de façonner l’ordre mondial en fonction des attentes des acteurs qui les composent.
Il est donc question d’étudier la place et le(s) rôle(s) des groupes régionaux, interrégionaux et transrégionaux émergents dans l’ordonnancement des relations internationales à l’heure de la multipolarisation progressive des affaires mondiales et de la crise de la gouvernance mondiale.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Partie VI. Mégablocs régionaux, dynamiques transrégionales et coopération interrégionales

Extract

Partie VI Mégablocs régionaux, dynamiques transrégionales et coopération interrégionales 271 TTIP, le projet de traité transatlantique Apports et limites des théories économiques et politologiques René Schwok Introduction Les États-Unis et l’Union européenne (UE) négocient depuis 2013 un traité intitulé Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement. En règle générale, même en français, il est plus connu sous son abréviation TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership). Si le projet aboutissait, il créerait la zone de libre-échange la plus importante du monde, couvrant environ 45,5 % du PIB mondial. L’éventuel accord vise non seulement à abolir la plupart des droits de douane entre les deux espaces, mais aussi à supprimer ou à diminuer les barrières non tarifaires. Il devrait aussi induire une harmonisation progressive des réglementations et une reconnaissance mutuelle des règles et normes en vigueur. Les deux parties souhaitent une ouverture plus large de leurs marchés publics respectifs, ainsi que l’établissement de mécanismes protégeant la propriété intellectuelle. Le mandat de négociation stipule que l’accord devrait viser à inclure un mécanisme de règlement des différends efficace entre investisseurs et États, assurant la transparence, l’indépendance des arbitres et la prévisibilité de l’accord, y compris à travers la possibilité d’interprétation contraignante de l’accord par les parties. Cette question fait l’objet d’énormes controverses internationales. Jamais dans l’histoire de leurs négociations économiques, l’UE et les États-Unis n’ont...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.