Show Less
Restricted access

La Retraduction en littérature de jeunesse / Retranslating Children’s Literature

Series:

Edited By Virginie Douglas and Florence Cabaret

Cet ouvrage se situe à la croisée des études en littérature de jeunesse et en traductologie, emprunte à la stylistique et à la sociologie et interroge un phénomène qui prend toute son ampleur au cours du XX e siècle et en ce début de XXI e siècle, celui de la retraduction des livres destinés à un jeune public. À partir d’un corpus qui va des contes de Perrault jusqu’à Shrek !, en passant par Alice au Pays des merveilles, Poil de Carotte ou encore les Moumines de Tove Jansson, les auteurs de ce recueil montrent combien la retraduction participe à la canonisation d’un bon nombre d’œuvres nationales, au-delà du monde anglophone, du Brésil jusqu’à la Suède. La retraduction pose ainsi la question des changements de représentations de l’enfant-lecteur et du rapport adulte/enfant, de l’évolution des exigences de traduction de l’oralité et de la musicalité de textes souvent lus à voix haute, de l’influence des contextes culturels, économiques et politiques des pays où l’on y a recours, des modifications des liens entre texte et illustrations.
This volume stands at the intersection of children’s literature studies and translation studies. Borrowing from stylistics and sociology, it engages with a phenomenon which has reached its full scope over the 20 th century and into the 21 st century, that of the retranslation of books intended for children. Basing their essays on a body of texts including Perrault’s tales, Alice in Wonderland, Jules Renard’s Poil de Carotte, Tove Jansson’s Moomins or Shrek!, the authors of this collection show that retranslation has contributed to the canonization of a number of national works beyond the English-speaking world (from Brazilian to Swedish literature). Retranslation thus addresses the changes in representation of the child-reader and adult/child relationship, the evolution of translational norms as regards orality and musicality in the case of texts that are often read aloud, the impact of cultural, economic and political contexts in countries where translations are in demand, and the way retranslation can even affect the relationship between the text and its illustrations.
Show Summary Details
Restricted access

Le Livre de la jungle en français : quand la survie d’une traduction pose la question de l’accès à l’œuvre

Introduction

Extract



Françoise THAU

Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, France Traductrice

Presque cent ans séparent les deux traductions françaises du Jungle Book de Kipling disponibles actuellement en livre de poche : celle de Louis Fabulet et Robert d’Humières, publiée originellement au Mercure de France en 1899, cinq années seulement après la publication du livre en anglais, et celle de Jean-Pierre Richard parue en 1988 à la Librairie générale française.

Disponibles actuellement dans l’édition jeunesse en livre de poche, elles sont donc toutes deux destinées à un public appartenant à la même cible éditoriale et dont les attentes sont certainement similaires. Pourtant, ces traductions ont été produites à des moments très distants dans le temps et elles diffèrent profondément dans leur « projet », pour emprunter ici un des termes employés par Antoine Berman afin de définir une critique productive des traductions.1

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.