Show Less
Restricted access

Les mutations de la sidérurgie mondiale du XXe siècle à nos jours / The Transformation of the World Steel Industry from the XXth Century to the Present

Series:

Edited By Charles Barthel, Ivan Kharaba and Philippe Mioche

La sidérurgie a joué un rôle moteur dans l’éclosion du monde industrialisé moderne. Quoique son importance relative par rapport à l’ensemble des économies globalisées soit aujourd’hui en recul, il n’en demeure pas moins que, grâce à un processus d’adaptation permanente aux nouvelles données d’un environnement qui change de plus en plus rapidement, elle occupe toujours une place de choix. Aussi ses innombrables implications technologiques, commerciales, politiques, diplomatiques, culturelles et sociales font-elles apparaître l’utilité de faire le point sur deux siècles de mutations dans une démarche comparative à vocation essentiellement historique, mais également ouverte à d’autres disciplines.
Changes in the world steel industry have been faster in the late twentieth century than in all previous periods. The Transformation of the World Steel Industry from the Twentieth Century to the Present aims to scientifically describe and study the transformations which occurred in all areas of that industry. Its positioning in the contemporary period allows a multidisciplinary and comparative reflection about the origins and forms of these technological, commercial, political, diplomatic, cultural and social changes.
Show Summary Details
Restricted access

Conclusion de la deuxième partie (Denis Woronoff)

Extract

Denis WORONOFF

Université Paris I Panthéon Sorbonne

Que retenir de ces journées ? Sans doute ce que l’on appellera le Grand Basculement. L’Asie est en passe de devenir le continent sidérurgique dominant. Chine, Japon, Corée du Sud, Inde sont en train de sortir vainqueurs de la compétition avec le reste du monde. Pour reprendre une formule chère au président Mao Tsé-Toung, le vent d’Est l’a emporté sur le vent d’Ouest. À vrai dire tout ne s’est pas joué en Asie. Un des grands pays émergents, le Brésil, occupe désormais une place éminente dans ce palmarès. Il faudrait aussi garder en mémoire l’existence d’une puissante sidérurgie russe et ne pas minimiser la force maintenue des pôles sidérurgiques d’Europe et d’Amérique du Nord. Il n’empêche. En 1914, les États-Unis, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France dominaient la scène sidérurgique. Aujourd’hui, les mêmes pays s’efforcent d’appliquer ce qu’un journaliste nommait une « stratégie adaptative » et disons le mot, défensive. Les capitaux des nouvelles économies irriguent les usines du Vieux Continent et des États-Unis. Mittal a eu raison d’Arcelor.

D’où vient cette mutation ? Les sidérurgies des pays émergents ont un accès facile et peu coûteux à au moins deux des trois ressources nécessaires, le minerai, le combustible et la main-d’œuvre. Dans les années 1950-1960 leurs marchés intérieurs sont encore peu développ...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.