Show Less
Restricted access

Le régime institutionnel d’une nouvelle ruralité

Analyses à partir des cas de la France, des Pays-Bas et de la Suisse

Series:

Corinne Larrue

Depuis plusieurs décennies, l’espace rural voit se développer de nouvelles activités qui transforment son fonctionnement sur les plans écologique, économique et social. Il est dès lors nécessaire de s’interroger sur l’existence d’un cadre institutionnel capable d’accompagner ces transformations. L’enjeu est de déterminer dans quelle mesure les développements actuels bénéficient-ils de règles institutionnelles permettant d’imposer (ou de concilier) les nouveaux usages du sol avec les usages en place ?
Ce livre rend compte d’une partie des résultats d’un projet de recherche intitulé « New Rurality » financé par l’Agence nationale de la recherche. Sur le plan méthodologique, il s’inscrit dans le cadre d’analyse des régimes institutionnels des ressources. Celui-ci permet de prendre en compte non seulement les politiques publiques mises en place mais également les droits d’usages et de propriétés qui fondent et régulent l’accès aux ressources naturelles, en l’occurrence ici, le sol en milieu rural. Ce livre dresse ainsi un panorama des modes de régulation des activités en zones rurales dans trois pays : la France, la Suisse et les Pays-Bas. En définitive, il analyse les conflits et les modes de conciliation, entre les activités traditionnelles (agriculture, sylviculture, chasse, etc.) et les nouvelles activités (loisirs, production d’énergie renouvelable, protection de la nature, etc.).
Show Summary Details
Restricted access

Le cadre institutionnel d’une nouvelle ruralité en Suisse. Au prisme de l’écologie

Extract

| 131 →

Le cadre institutionnel d’une nouvelle ruralité en Suisse

Au prisme de l’écologie

Johan IMESCH

En Suisse, comme dans d’autres pays d’Europe occidentale, les espaces ruraux, en particulier les espaces ruraux intermédiaires (i.e. situés entre les agglomérations urbaines et les zones rurales périphériques), sont confrontés depuis plusieurs années à de profondes mutations. D’abord, ils reculent face à l’urbanisation. Ensuite, au sein des espaces ruraux restants, les zones construites, ainsi que dans une moindre mesure les zones naturelles (p. ex. les forêts et les surfaces de compensation écologique), augmentent au détriment de la zone agricole. Au même temps, ces grandes catégories d’utilisation du sol sont également confrontées à des mutations internes résultant notamment d’une hétérogénéisation des usages du sol qui y prennent place. Longtemps produit quasiment exclusif des modes d’exploitation agricole, sylvicole, et d’habitat traditionnels, l’espace rural est désormais l’empreinte d’une modernisation et d’une transformation de ceux-ci, ainsi que celle d’une multitude d’autres nouvelles activités rurales non agricoles ou sylvicoles.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.