Show Less
Restricted access

Les racines populaires de la culture européenne

Series:

Edited By Jacques Delneste, Olivier Odaert and Olivier Odaert

L’émergence d’une culture de masse multimédiatique en Europe, à partir des années 1830, s’est traduite par une amplification et une accélération des phénomènes de circulation et d’adaptation des œuvres à l’échelle internationale. Dans ce contexte, pourquoi certains auteurs, certaines figures et certains genres ont-ils essaimé plutôt que d’autres ? Comment ces produits culturels ont-ils circulé, en subissant quelles contraintes, quelles transformations ? Quels ont été les acteurs de cette ouverture des cultures nationales à un contexte international ? Comment les éditeurs, notamment, ont-ils contribué à la diffusion des œuvres et des récits en mettant en place des stratégies de traduction ou de plagiat à peine déguisées, ou encore en constituant des collections d’origine étrangère ?
Cet ouvrage collectif tente de répondre à toutes ces questions et à bien d’autres encore en étudiant les phénomènes de circulation transnationale et d’adaptation transmédiatique des produits culturels.
Show Summary Details
Restricted access

Les extraordinaires aventures de Maciste autour du monde (Monica Dall’Asta)

Extract

← 138 | 139 → Les extraordinaires aventures de Maciste autour du monde

Monica DALL’ASTA

Université de Bologne

Depuis longtemps et déjà à ses origines, l’industrie culturelle italienne fut marquée par une très forte xénophilie. Comme Gramsci le notait dans ses textes consacrés à la littérature populaire, datés du début des années 1930, le lectorat italien avait à l’époque davantage de chances de se trouver face à des traductions de certains grands classiques de feuilletons français du XIXe siècle que face à des œuvres d’écrivains italiens contemporains1. Des auteurs largement connus, tels que Carolina Invernizio ou Francesco Mastriani, étaient d’ailleurs moins lus que les plus populaires des romans de Dumas, Ponson du Terrail ou Xavier de Montépin, qui étaient encore massivement publiés à cette période, non seulement dans des volumes publiés à grand tirage par des éditeurs tels que Sonzogno ou Salani, mais aussi sous forme de feuilleton dans les grands journaux nationaux.

Parallèlement, les produits littéraires anglophones avaient eux aussi une très grande visibilité, surtout grâce à la diffusion de fascicules qui reprenaient le format du dime novel américain et du penny dreadful anglais2. Dans l’élan du succès emporté par sa succursale parisienne depuis 1907, la maison d’édition allemande d’Alwin Eichler s’était en fait installée à Milan dès 1908, par l’intermédiaire d’une nouvelle filiale qui publiait sous le nom de Casa Editrice Americana. Les...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.