Show Less
Restricted access

Accompagner vers l’emploi

Quand les dispositifs publics se mettent en action

Series:

Edited By Christèle Meilland and François Sarfati

Le chômage a pris une telle ampleur dans de nombreux pays d’Europe qu’il occupe une place première dans les préoccupations des citoyens. Il est également au cœur d’enjeux politiques. Cet ouvrage, composé d’une quinzaine de textes, propose de porter le regard sur les situations d’accompagnements des demandeurs d’emploi. Un tournant néo-libéral a clairement été pris. La volonté de maîtriser les dépenses publiques s’est partout accompagnée d’un discours idéologique de justification reposant sur des fondements « scientifiques ». L’économie d’inspiration néo-classique produit une action publique pensée en termes d’activation, d’incitation et d’information.
Analyser les dispositifs publics au concret permet d’abord de souligner, grâce à la comparaison internationale (Belgique, Suisse, Royaume-Uni, Québec, France, Tokyo, Brésil), la spécificité des politiques publiques nationales et, de fait, la singularité des dispositifs mis en place. L’ouvrage montre également le rôle prédominant des professionnels de l’accompagnement. Parce qu’ils mettent en œuvre des dispositifs individualisés, ils procèdent à une « activité de jugement » fondée sur des normes institutionnelles, sur une éthique professionnelle et sur des contraintes organisationnelles.
Show Summary Details
Restricted access

L’indemnisation du chômage a-t-elle un effet désincitatif sur la reprise d’emploi ?

Extract



Damien EUZENAT

Pôle Emploi, direction Statistiques, Études, Évaluation

Nicolas PROKOVAS

Université de Paris 3, laboratoire ICEE1

1. Problématique, source et données

Des classiques aux néoclassiques, diverses théories se sont succédé pour présenter le chômage non comme un phénomène issu de la pénurie d’emplois, mais comme le résultat de l’inadaptation de l’offre à la demande de travail. Dès lors, le chômage apparaît comme étant un choix, lié au comportement des chômeurs2. Un des facteurs incriminés pour expliquer la réticence des chômeurs à travailler est l’existence des allocations chômage (Rueff, 1931) qui rigidifient le salaire et l’empêchent de s’ajuster « librement » sur le marché du travail. Malgré les sérieuses critiques qu’ont soulevées ces thèses dès le départ (Robinson, 1947) et malgré les interrogations qu’elles suscitent en temps de crise économique et d’insuffisance de demande de travail, ces théories sont toujours enseignées dans les meilleures universités et mobilisées comme appui aux différentes politiques économiques. Deux de leurs variantes sont celles du « salaire de réservation » et du « job search ».

Le salaire de réservation désigne le seuil à partir duquel le chômeur accepte de substituer le travail aux loisirs (Mortensen, 1977). L’indemnisation du chômage maintient ce seuil à un niveau élevé, seule sa baisse, voire sa suppression, inciterait le ch...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.