Show Less
Restricted access

Concurrences régionales dans un monde multipolaire émergent

Series:

Sebastian Santander

Cet ouvrage se penche sur le regain d’importance qu’ont pris les organisations régionales dans les relations internationales de l’après-guerre froide marquées, notamment, par l’accélération de la globalisation et de la diffusion du pouvoir mondial. L’ouvrage s’intéresse au rapport des régions à la transformation en cours des équilibres mondiaux et partant au sens qu’elles insufflent à l’ordre international actuel.
Chaque projet régional est porteur à l’extérieur de normes et règles qui lui sont propres, ce qui n’est pas sans produire une concurrence entre groupements. Cette rivalité entre blocs régionaux existe tant au niveau de chaque continent qu’à l’échelle planétaire. Bien que cette concurrence est loin de constituer un phénomène nouveau, elle a pris de l’ampleur avec, notamment, la prolifération de toute une série de méga-blocs régionaux, d’associations transrégionales ou de coopération interrégionale (TTIP, TTP, « une ceinture, une route », Union eurasienne, RCEP, partenariat UE/CELAC, Asem), dont l’objectif premier est de façonner l’ordre mondial en fonction des attentes des acteurs qui les composent.
Il est donc question d’étudier la place et le(s) rôle(s) des groupes régionaux, interrégionaux et transrégionaux émergents dans l’ordonnancement des relations internationales à l’heure de la multipolarisation progressive des affaires mondiales et de la crise de la gouvernance mondiale.
Show Summary Details
Restricted access

La CEEAC et les questions de paix et de sécurité en Afrique centrale

Extract



Japhet A. ANAFAK

Introduction

L’Afrique centrale est diversifiée du point de vue de son histoire, de la population et du climat (forêt, savane et Sahel). Les regroupements régionaux post-indépendances se sont alors réalisés en tenant compte de cet héritage colonial lié à une géopolitique marquée par les empires coloniaux. L’Union douanière et économique des États de l’Afrique centrale (UDEAC), devenue CEMAC en 1994, regroupe les pays de l’ancienne Afrique-Équatoriale française (AEF) auxquels s’ajoute le Cameroun. La CEPGL (Communauté économique des pays des Grands Lacs) regroupe les anciens territoires belges d’Afrique centrale. Dans la logique de la concrétisation du Plan d’action de Lagos de 1980 initié par l’Organisation de l’unité africaine (OUA), fut créée en 1983, avec l’appui de la direction économique de l’OUA, la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) à Libreville pour le développement économique de la sous-région dans une approche fonctionnaliste. Dans la foulée de la fin de la guerre froide et de la mise en place du processus de démocratisation, l’Afrique centrale est agitée par de nombreuses crises après 1990. Les conflits internes et externes menacent la paix dans la sous-région. Quelque six sur les onze États membres sont en conflits notamment le Congo, la RDC, le RCA, le Burundi, le Rwanda, l’Angola et le Tchad. Quatre États notamment le Gabon, le Cameroun, la Guinée équatoriale, Sao Tomé-et-Principe...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.