Show Less
Restricted access

Syndicats et dialogue social

Les modèles occidentaux à l’épreuve

Edited By Dominique Andolfatto and Sylvie Contrepois

Une même question a été posée à une équipe de chercheurs spécialisés dans les relations du travail dans les principales économies post-industrielles de ce début du 21e siècle : comment a évolué la régulation sociale dans les entreprises depuis une trentaine d’années ?
Leurs réponses montrent que les restructurations économiques, l’européanisation et la mondialisation ont conduit à d’importants changements, rarement volontaires, dans les relations entre les « partenaires sociaux » : organisations syndicales et patronales, sans oublier l’État, qui joue souvent un rôle d’arbitre. Ainsi, les modèles nationaux hérités du 20e siècle ont été remis en cause. Les particularismes se sont effacés pour laisser place à des cadres plus fragiles et plus fluctuants.
Ce livre dresse un état des lieux précis des principaux changements qui ont affecté les syndicats et le dialogue social dans les entreprises en Europe et Amérique du Nord. Il permet de dépasser les idées reçues concernant les modèles anglo-saxon, scandinave, rhénan et latin.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 2 : Autriche : l’essoufflement politique d’un système consensuel

Extract

CHAPITRE 2

Autriche : l’essoufflement politique d’un système consensuel

Patrick MOREAU1

Le syndicalisme en Autriche diffère profondément du modèle allemand, tant de par ses relations avec les partis politiques qu’avec les administrations et l’État autrichien2. L’Autriche est un système politique reposant sur la coopération entre les grandes organisations représentant les intérêts économiques, les administrations et le gouvernement. Cette constellation, également fort différente du cas français, a été l’un des moteurs de la reconstruction de l’Autriche après la Seconde Guerre mondiale et a abouti, après que le pays eut retrouvé sa pleine souveraineté en 1955, à une forte croissance économique et une paix sociale qui se mesure – sauf exception notable comme en 20033 – au faible nombre de jours de grève par an. Le syndicalisme autrichien connait toutefois au 21e siècle des difficultés dans son action liées à différents facteurs structurels : les crises économiques de 2008 et de l’Euro ; la perception par une partie grandissante de la population que le système politique est bloqué par la Grande Coalition et que les syndicats sont un acteur de ce blocage ; la montée en puissance de l’extrême-droite (le Freiheitliche Partei Österreich / FPÖ) ; la montée – relative – du chômage et enfin, en 2015, l’arrivée des réfugiés et demandeurs d’asile. Face à ces défis, le syndicalisme autrichien a formulé des objectifs économiques et sociaux qu’il a propos...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.