Show Less
Restricted access

Syndicats et dialogue social

Les modèles occidentaux à l’épreuve

Edited By Dominique Andolfatto and Sylvie Contrepois

Une même question a été posée à une équipe de chercheurs spécialisés dans les relations du travail dans les principales économies post-industrielles de ce début du 21e siècle : comment a évolué la régulation sociale dans les entreprises depuis une trentaine d’années ?
Leurs réponses montrent que les restructurations économiques, l’européanisation et la mondialisation ont conduit à d’importants changements, rarement volontaires, dans les relations entre les « partenaires sociaux » : organisations syndicales et patronales, sans oublier l’État, qui joue souvent un rôle d’arbitre. Ainsi, les modèles nationaux hérités du 20e siècle ont été remis en cause. Les particularismes se sont effacés pour laisser place à des cadres plus fragiles et plus fluctuants.
Ce livre dresse un état des lieux précis des principaux changements qui ont affecté les syndicats et le dialogue social dans les entreprises en Europe et Amérique du Nord. Il permet de dépasser les idées reçues concernant les modèles anglo-saxon, scandinave, rhénan et latin.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 11 : Pays-Bas : le syndicalisme des polders

Extract

CHAPITRE 11

Pays-Bas : le syndicalisme des polders

Antoine BEVORT1

La trajectoire de Wim Kok, successivement dirigeant syndical, premier ministre et enfin administrateur d’entreprise résume bien certaines caractéristiques de la société néerlandaise et du rôle que peut y jouer le syndicalisme. Dans les années 1970, ce militant syndical acquiert ses premières responsabilités dans la principale organisation syndicale néerlandaise d’alors, le NVV, Nederlands Verbond van Vakverenigingen (issu du mouvement socialiste). En 1976, il devient le premier président de la nouvelle confédération émergente, résultant de la fusion de son organisation avec le syndicat catholique NKV, Nederlands Katholieke Vakverbond. W. Kok restera neuf ans à la tête de la nouvelle confédération, le FNV, Federatie Nederlandse Vakbeweging, qui domine le paysage syndical néerlandais. Avec les autres dirigeants syndicaux et patronaux, le leader syndical est un des signataires de l’accord de Wassenaar en 1982, négocié au sein de la Fondation du travail, institution-clé de la démocratie sociale néerlandaise. Cet accord intitulé « Recommandations centrales en matière de politique d’emploi », marque l’avènement de ce qu’on appellera plus tard le « poldermodel ». Peu après la fin de son mandat syndical, W. Kok est élu député, devient leader du Parti du Travail, et participe en 1989 à la première grande coalition avec le CDA (Christen-Democratisch Appèl). Il devient premier ministre de 1994 à 2002, à la tête d’une coalition dite « violette » r...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.