Show Less
Restricted access

L’élection présidentielle de 1969

Series:

Frédéric Fogacci, Cédric Francille and Gilles Le Béguec

On réduit fréquemment l’élection présidentielle de 1969 à son origine, la victoire du « non » au référendum du 27 avril 1969, et à une question simple : les institutions de la Ve République peuvent-elles survivre à leur fondateur, le général de Gaulle ? Cela conduit sans doute à sous-estimer le moment de reconfiguration politique que constituent ces élections, ainsi que la part des enjeux sociaux et économiques issus de la crise de Mai 1968 qui animent le dense débat politique de cette soudaine et brève campagne. À travers une étude de la campagne électorale, du regard et de l’investissement de toutes les familles politiques, mais aussi de l’implication des différents acteurs sociaux, cet ouvrage a pour ambition d’apporter un regard novateur sur un moment politique à l’importance souvent sous-estimée, et de revoir l’élection de Georges Pompidou comme l’amorce d’un processus de recomposition politique.
Mêlant contributions scientifiques et témoignages des acteurs et proches collaborateurs de Georges Pompidou (Jean Charbonnel, Robert Poujade et Jean-Pierre Soisson), ce livre résulte d’un colloque tenu les 31 mai et 1er juin 2013 à la Maison de la recherche de l'Université Paris-Sorbonne et organisé par l’Institut Georges Pompidou sur la proposition de Frédéric Fogacci.
Show Summary Details
Restricted access

Georges Pompidou et les milieux européens

Extract



Christine MANIGAND

Les campagnes présidentielles en France sont réputées pour faire peu de cas des problèmes de politique extérieure et encore moins de politique européenne, ou alors ce n’est qu’à la marge ou dans une espèce d’interface entre enjeux nationaux et enjeux extérieurs où le monde et l’Europe ne sont convoqués que pour renforcer des postures nationales et des clivages partisans. Pourtant cela n’a pas toujours été le cas : la campagne de 1965 avait mis l’Europe au premier comme au second tour au cœur des débats. Les visions de l’Europe avaient fait l’objet de vives discussions et la construction de l’Europe servait de cheval de bataille aux oppositions et Jean Lecanuet – et dans une moindre mesure François Mitterrand – déclinaient leur vision de l’Europe bien distanciée de celle du général de Gaulle1 tandis que les gaullistes s’attachaient à expliquer que « le vrai précurseur de l’Europe c’est de Gaulle » et « qu’à l’Europe des illusions, le général de Gaulle a substitué celle des possibilités »2. Dans un contexte bien différent ne serait-ce que par son côté imprévu, l’élection présidentielle de juin 1969 offre-t-elle à l’Europe une nouvelle chance d’être présente dans la campagne et dans les débats ? Le thème européen sert, certes, de stratégie électorale pour l’ouverture de la majorité, mais s’inscrit aussi dans une vraie réflexion où le...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.