Show Less
Restricted access

Pour une sociologie des inégalités environnementales

Series:

Valérie Deldrève

Qu’est-ce qu’une inégalité environnementale ? En quoi constitue-t-elle un objet sociologique ? Comment l’étudier au regard de sa diversité et de sa complexité ? Pour répondre à de telles questions, l’auteure nous invite à entrer dans de grands débats scientifiques et de société sur la compatibilité entre protection de l’environnement et lutte contre les inégalités socio-économiques ou culturelles, justice environnementale et justice sociale. Confrontant différents grands courants de pensée dans le champ de l’environnement et théories en sciences sociales, elle propose un cadre d’analyse des inégalités environnementales, qu’elle teste à l’aune de ses propres recherches. Celles-ci, menées sur des terrains littoraux français, traitent de problématiques relatives à la protection de sites naturels ou de gestion des ressources halieutiques, qui toutes soulèvent des enjeux conjoints d’accès et de participation.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



Ces dernières décennies se présentent à bien des égards comme celles du renouvellement des inégalités dans le monde. Le recul de la pauvreté, principalement dû « au rattrapage » de la Chine et de l’Inde, s’accompagne d’une progression des inégalités socio-économiques internes aux pays (De Vreyer, 2009). Ce recul ne parvient pas à occulter, en outre, les inégalités de revenus entre pays du nord et du sud, renforcées par la mondialisation et la libéralisation « asymétrique » du commerce (Duru-Bellat, 2014). Selon les estimations de la Banque de France, « les protections tarifaires dont se dotent les pays industrialisés coûtent aux pays en voie de développement au moins 100 milliards de dollars par an, soit l’équivalent de toute aide publique au développement » (Duru-Bellat, ibid. : 22).

La progression des inégalités affecte également les pays développés, où prend fin à l’issue des Trente Glorieuses la réduction continue des inégalités de revenus et de patrimoine amorcée au début du siècle dernier (Montel-Dumont, 2009). Aux États-Unis, 1 % de la population capte 20 % des revenus tandis que 80 % ne bénéficient d’aucune augmentation depuis trente ans (Piketty, 2004). En France, les écarts se creusent durant ces dix dernières années entre les plus riches et les plus pauvres, dont les revenus diminuent pour la première fois depuis les années 1970 (Dorival et al., 2012)...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.