Show Less
Restricted access

Voie de la plume, voie du sabre

Le corps-à-corps poétique chez Bauchau, Dotremont et Bonnefoy

Series:

Matthieu Dubois

Cet ouvrage se propose d’évaluer l’imprégnation de l’Extrême-Orient dans la littérature française d’après-guerre par l’étude de l’esthétique poétique de trois écrivains emblématiques de leur génération : Henry Bauchau, Christian Dotremont et Yves Bonnefoy. On observera comment leurs œuvres relèvent d’un imaginaire sino-japonais syncrétique, qui leur permet d’interroger une certaine pratique de l’écriture afin de développer un usage performatif du langage.
En particulier, cet imaginaire permet de saisir différents aspects du rayonnement de l’Extrême-Orient relatifs à la place du corps dans la création. Il invite à considérer l’impact des arts martiaux orientaux – progressivement intégrés dans la culture européenne – à l’égard des représentations et des valeurs associées à l’Asie. L’enjeu de cette étude est alors de comprendre la spécificité de ces œuvres majeures de la production poétique française contemporaine, marquées par cette culture éloignée, en regard de la pensée de la création comme geste et comme présence, telle qu’un art martial les met en œuvre en son propre lieu.
L’analyse comparative et différentielle des trois œuvres fera apparaître, outre leur singularité, un horizon commun concernant une requalification des enjeux de l’écriture poétique pouvant ouvrir à un enrichissement de l’existence et, ainsi, à un mieux-être.
Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract



Formes et enjeux de poéthiques contemporaines

Au terme de ce parcours à travers trois œuvres poétiques contemporaines majeures, il appert, pour reprendre la formule qu’emploie Olivier Ammour-Mayeur, que « la connaissance d’un biais asiatique dans l’écriture de ces […] auteurs constitue une sorte de valeur ajoutée, par laquelle le lecteur obtient l’accès à un supplément de signifiance »1. Les démarches d’Henry Bauchau, de Christian Dotremont et d’Yves Bonnefoy, dialoguant de façon variable avec les traditions extrême-orientales, révèlent la nécessité de passer par la rencontre de l’altérité, figurée par cette culture énigmatique, pour trouver leur voie créatrice et intérieure.

Cette investigation ne prétend aucunement rendre compte de façon exhaustive de tous les possibles de leurs projets littéraires – d’autant qu’ils puisent à de multiples sources d’inspiration. Les trois poètes sont par ailleurs conscients d’une irréductible distance entre leur culture d’origine et les références asiatiques, qu’ils ne cherchent pas à combler. L’imprégnation d’un imaginaire extrême-oriental prend sens en regard d’un désir de revivifier l’écriture, sans toutefois s’aliéner aux formes poétiques chinoises ou japonaises. Elle se révèle moins l’expression d’une fascination que d’une inspiration, en sorte que les écrivains ne se trouvent pas dans une logique mimétique à l’égard de l’Extrême-Orient. Évaluer la part de ces références implique donc une certaine prudence, dès lors que leur inscription repose...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.