Show Less
Restricted access

Le parrainage en Europe et en Amérique

Pratiques de longue durée (XVIe – XXIe siècle)

Series:

Edited By Guido Alfani, Vincent Gourdon and Isabelle Robin

Hier comme aujourd’hui, le parrainage de baptême et la parenté spirituelle qui en découle constituent dans le monde chrétien un système d’alliances sociales entre familles et individus. Par-delà les motivations religieuses de l’institution baptismale, le parrainage est un instrument au service de stratégies sociales, économiques et politiques. Depuis une dizaine d’années, les sciences sociales (histoire, anthropologie, sociologie et sciences politiques) ont fait de ce sujet un champ de recherches particulièrement dynamique à l’échelle internationale.
Cet ouvrage collectif réunit des contributions de chercheurs de onze pays européens et américains relevant de disciplines différentes. Il a pour ambition d’étudier les pratiques de parrainage dans une perspective de long terme allant du XVIe siècle à nos jours. Il propose, pour la première fois, des comparaisons sur des terrains locaux et entre les différentes confessions chrétiennes : catholicisme, orthodoxies et protestantismes. Il entend aussi mettre en perspective les réalités européennes anciennes avec les usages du parrainage tels que les ont importés mais surtout adaptés les sociétés coloniales d’Amérique. Ce livre constitue une étape dans une réflexion collective sur le parrainage qui intéressera tous ceux, chercheurs, acteurs publics, citoyens, qui réfléchissent à la construction du lien social dans les siècles passés et dans le monde contemporain. Il met en lumière la souplesse de cette institution qui a assuré jusqu’à aujourd’hui sa pérennité tout comme l’inventivité avec laquelle les populations s’en sont emparé.
Show Summary Details
Restricted access

Pratiques et enjeux du parrainage dans une société coloniale de la Caraïbe : Martinique, des années 1660 à la première moitié du XIXe siècle

Extract

| 353 →

Pratiques et enjeux du parrainage dans une société coloniale de la Caraïbe

Martinique, des années 1660 à la première moitié du XIXe siècle

Vincent COUSSEAU

Abstract

This study about the society of Martinique during the slavery period is trying to identify what was expected from godfathers and godmothers and to understand the way they were selected. The relations between the godchild and his godparents were close and lasting ones. Not only did they contribute to the evangelization of the slavish population but also to fill in the gap of the relations deficit caused by the instability of the family, especially for slaves and some free coloured people. Besides, in this colonial society under tension, spiritual kinship appeared as being a way of creating a symbolic and social link between people of different status and thus establishing itself as being a system which allowed to blur the group oppositions.

La colonisation de la Martinique qui débute en 1635 jette les bases d’une nouvelle société. En l’espace d’une génération, la population de l’île se renouvelle totalement, par l’éviction progressive des Indiens caraïbes. Au début des années 1660, l’île est presque uniquement peuplée par des originaires de France ou d’Afrique1. Une dualité primitive s’instaure alors, entre colons, blancs et libres, et esclaves noirs. La traite négrière et l’immigration européenne qui se prolongent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.