Show Less
Restricted access

La littérature obstinée

Le roman chez Juan José Saer, Ricardo Piglia et Roberto Bolaño

Series:

Andrea Perdigón Torres

Une idée particulière de littérature est née au cours des XVIIIe et XIXe siècles, période qui coïncide avec la naissance du genre romanesque moderne. L’émergence d’un roman moderne, issu des transformations de l’époque, configure un champ virtuel de caractéristiques qui a marqué aussi bien la théorie littéraire du XXe siècle que la production de textes.
Cet ouvrage présente une étude comparative des poétiques de Juan José Saer, Ricardo Piglia et Roberto Bolaño afin de questionner, d’un point de vue théorique, la vitalité de cette idée de roman moderne et, par voie de conséquence, de la notion même de littérature qu’elle suppose.
Puisant dans le contenu des essais et des entretiens de ces auteurs hispanoaméricains majeurs, l’analyse des formes narratives, réflexives et hybrides de trois de leurs romans (La grande, La ciudad ausente et 2666) révèle chez eux la présence des traits principaux du roman moderne que le présent ouvrage examine en profondeur : l’indétermination, la réflexivité et l’expérience.
Show Summary Details
Restricted access

Sur l’auteur

Extract



Andrea Torres Perdigón est docteur en Études romanes espagnoles (littérature hispano-américaine) de l’Université Paris Sorbonne. Elle a publié des articles sur la métafiction, la narrativité, le genre romanesque et l’oeuvre de Juan José Saer, Ricardo Piglia, Roberto Bolaño et Macedonio Fernández, aussi bien en Europe qu’en Amérique latine. Actuellement, elle est enseignante-chercheuse à la Faculté de sciences humaines et sociales de l’Université EAN à Bogotá, Colombie.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.