Show Less
Restricted access

Connexions électriques

Technologies, hommes et marchés dans les relations entre la Compagnie générale d’électricité et l’État, 1898-1992

Series:

Yves Bouvier

Qu’à l’occasion d’un voyage officiel d’un ministre ou du président de la République, la délégation soit composée de chefs d’entreprise et de hauts fonctionnaires n’étonne plus. Drapeau et commerce sont associés au nom de la conquête des marchés internationaux, de la sauvegarde de l’emploi et du prestige national. Cette relation étroite entre la grande entreprise et l’État, généralement considérée comme une spécificité française du fait de son intensité, s’est d’abord construite dans l’espace national au cours du XXe siècle.
Cet ouvrage présente pour la première fois une réflexion dans la durée sur la relation d’un grand groupe industriel avec l’État. Fondée en 1898, la Compagnie générale d’électricité est devenue Alcatel-Alsthom en 1991. Inflexions politiques, changements de régime et guerres ont bien évidemment eu des effets directs sur les rapports entretenus entre la CGE et l’État, mais les rythmes profonds sont toutefois liés aux temporalités des technologies, à la définition des marchés et aux stratégies personnelles des managers. Passant des concessions municipales pour les premiers réseaux urbains d’électricité à la veille de 1900 aux investissements considérables du programme nucléaire et du rattrapage téléphonique dans les années 1970, la CGE a changé d’échelle avec le déploiement des politiques publiques dans un véritable processus de co-construction.
Show Summary Details
Restricted access

La direction générale ou la coordination maîtrisée des marchés de l’électricité, de 1910 au début des années 1920

← 104 | 105 →CHAPITRE 2

Extract

Vous ne comprenez pas l’histoire si vous ne comprenez pas ses courants, ses tourbillons et la manière dont les meneurs d’hommes s’insinuent dans son flot. Le chef est celui qui s’efforce de perpétuer les conditions qui requièrent sa présence. Ainsi, il a besoin de ceux de l’extérieur.

Frank Herbert, Dune, L’Empereur-Dieu de Dune

Après dix années d’existence, le groupe de la CGE avait acquis une réelle solidité en tant qu’organisation industrielle et commerciale. Bénéficiant d’une technologie propre pour les lampes à incandescence, possédant des infrastructures coûteuses entrant dans l’ère des dividendes (ses réseaux d’électricité), dotée d’ingénieurs compétents ayant l’expérience des responsabilités, la CGE pouvait prétendre à une croissance paisible au cours de laquelle les tentatives de diversification, comme cela était déjà le cas vers l’automobile ou les appareils phonographiques, auraient été financées par les profits assurés des distributions d’électricité. L’instabilité du système technique de l’électricité1 vint en grande partie modifier ce plan en imposant le passage des réseaux locaux, construits autour d’une station centrale, aux réseaux régionaux avec plusieurs centrales puissantes, parfois même associant hydraulique et thermique. Au-delà de la nouvelle architecture des réseaux, ce changement d’échelle accorda une place essentielle au gros appareillage électrique.

L’État ne resta pas passif face à cette évolution et dût lui-même recomposer ses niveaux...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.