Show Less
Restricted access

L’éclosion d’une parole de théâtre

L’œuvre de Michèle Fabien des origines à 1985

Series:

Dominique Ninanne

L’écriture de Michèle Fabien (1945-1999) s’enracine dans la dynamique intellectuelle et culturelle des années 1960/70, tout en se plongeant dans les enjeux et questionnements de la belgitude et du Nouveau Théâtre. Son itinéraire passe de la recherche littéraire et de la dramaturgie à l’adaptation théâtrale comme réécriture puis à l’écriture personnelle, voire à la mise en scène, dans le cadre du rôle majeur qu’elle joue de plus en plus aux côtés de Marc Liebens dans l’histoire de l’Ensemble Théâtral Mobile.
Le terminus ad quem de ce livre se situe en 1985, date de repositionnements fondamentaux de cette compagnie théâtrale novatrice et du système culturel belge francophone.
À partir de Jocaste (1981), l’écriture dramatique de Michèle Fabien a opéré sa percée. Sur fond d’une Histoire faite du désenchantement des années 1970/80 et de l’horreur des années noires prennent ainsi forme une parole et un art théâtraux aux enjeux vitaux. Une parole que s’approprient des sujets meurtris, issus du Mythe et de l’Histoire.
Imprégné des lectures de Jean Genet, Bertolt Brecht, Heiner Müller, Jean Louvet, René Kalisky, Jacques Lacan ou Roland Barthes, l’univers intellectuel de Fabien fait l’objet dans ce livre d’une analyse minutieuse, tant pour ses pièces que pour ses articles ou sa thèse consacrée à Michel de Ghelderode. Première monographie importante consacrée à l’auteure qui donna pour la première fois la parole à Jocaste, ce livre se fonde sur de nombreux textes inédits, notes préparatoires, ébauches ou versions de pièces, correspondances, qui le rendent incontournable.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre VI. Les créations

Extract

CHAPITRE VI

Les créations

1. Jocaste (1981)

A. Mises en scène et éditions du texte

Jocaste est la première pièce de Michèle Fabien mise en scène. Elle fut créée le 29 septembre 1981 au théâtre de l’Ensemble Théâtral Mobile rue de la Caserne, dans une mise en scène de Marc Liebens. L’interprétation était assurée par Janine Patrick, la partie musicale (la composition et l’interprétation) par Marc Hérouet et la scénographie par Michel Boermans. La pièce fut reprise dans les mêmes conditions en septembre 1982. Conjointement au spectacle de 1981, une exposition dans le foyer-bar de l’E.T.M. était consacrée à quatre femmes photographes : Lisa Ebright, Toto Frima, Ingrid Dinter et Annick Leroy.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.