Show Less
Restricted access

L’imaginaire en œuvre

Romans scouts et expérience littéraire

Series:

Edited By Laurent Déom

« Il n’y a peut-être pas de jours de notre enfance que nous ayons si pleinement vécus que ceux que nous avons cru laisser sans les vivre, ceux que nous avons passés avec un livre préféré. » (Proust, Sur la lecture.) Une lecture peut en effet affecter en profondeur, non seulement parce qu’on y puise un savoir nouveau, mais aussi parce qu’on y découvre une autre manière d’être au monde.
Un texte littéraire – avec ses thèmes, ses structures narratives, son usage spécifique de la langue – est une interpellation. Certains lecteurs, en raison du contexte socio-historique et psychique dans lequel ils sont immergés, sont disposés à s’imprégner, d’une façon forte et durable, des imaginaires que le livre déploie. On peut ainsi analyser comment l’expérience esthétique articule des stratégies discursives et des effets émotionnels.
En raison du succès considérable qu’il a rencontré, le roman scout en français offre, à cet égard, un champ d’investigation éclairant. La collection « Signe de piste », en particulier, a suscité l’enthousiasme de nombreux lecteurs, pour des raisons qui n’ont été que partiellement élucidées jusqu’à présent et que l’on met ici en lumière sous un angle nouveau, à partir des œuvres de Serge Dalens, de Jean-Louis Foncine, d’X. B. Leprince, de Jean Valbert et de Maurice Vauthier. Cette étude s’attache notamment à analyser la construction d’une dynamique initiatique dans laquelle les romans sont capables d’entraîner le lecteur, qui est ainsi invité à adopter un rapport au monde renouvelé.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre II. Temps, décadence et récit

← 130 | 131 → CHAPITRE II

Extract

Qu’elle soit considérée sur le plan collectif ou sur celui du développement individuel, l’inordinatio, telle que nous l’envisageons, a forcément partie liée avec le temps : elle consiste en la dégradation d’un état que le devenir risque d’altérer de plus en plus. Aussi l’Histoire est-elle fondamentale dans cette conception du désordre, puisque, en reliant passé et présent, elle offre un cadre circonstancié à l’imaginaire de la décadence, qui va de pair avec celui de la rupture, entendue dans un double sens selon qu’elle représente la dégradation (déplorée) du présent ou la sécession (espérée) d’avec une situation actuelle moins belle que celle d’autrefois. Cette rupture passe parfois par une contestation larvée ou revendiquée, qui touche en premier lieu les dépositaires de l’autorité.

Étant donné que, dans les deux premières décennies de son existence, la collection « Signe de piste » a entretenu des rapports étroits avec les Scouts de France, il est compréhensible qu’elle ait considéré la société sous l’angle de l’inordinatio. En effet, les Scouts de France, avant leur aggiornamento des années 1960, ont une nette tendance à épingler ce qui, dans le monde qui les entoure, n’est pas conforme à l’idéal qu’ils souhaitent promouvoir : « Dans les critiques acerbes que l’on fait de la société contemporaine, s’expriment une nostalgie profonde, viscérale, farouche, le sentiment singulier et pathétique d’une perte irrémédiable, o...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.