Show Less
Restricted access

Glossaire des mobilités culturelles

Series:

Edited By Zilá Bernd and Norah Dei-Cas Giraldi

Les formes de déplacements présentes dans nos sociétés sont multiples : géographiques et culturels, passages – inter-, multi- et transculturels tout autant qu’inter-, multi- et transnationaux –, transferts et autres mouvances dues aux interpénétrations ethniques et culturelles. Ce glossaire les rassemble, les expose et répond au besoin pressant d’une véritable recherche comparatiste faisant dialoguer les cultures des deux côtés de l’Atlantique.
C’est ainsi que dans les différents domaines des sciences humaines et sociales, des spécialistes venus d’Afrique, des Amériques et d’Europe, exposent et débattent des questions fondamentales relatives aux mobilités culturelles. Les concepts-clés des exils, diasporas, migrations, frontières, transferts, transculturalités, transnationalités y sont analysés à travers le prisme de l’inter- et du transdisciplinaire. Les apports théoriques et méthodologiques de cet ouvrage sont nombreux et en font un outil indispensable dans la recherche actuelle.
Show Summary Details
Restricted access

Culture et ethnicité (Johan Leman)

← 92 | 93 → Culture et ethnicité

Extract

Johan LEMAN

Tout s’écoule et rien ne reste pareil.

Héraclite

Dans un article intitulé « Ethnicity in anthropology » (2007), l’anthropologue italo-américaine Liza Cerroni-Long défend à juste titre l’idée selon laquelle l’ethnicité doit être étudiée de façon inductive (et non déductive) et, surtout, comme un processus (et non comme un état) (Ibid., 4). À la base, cela requiert une clarification du concept de culture (Ibid., 6). Selon Liza Cerroni-Long, les anthropologues ont trop souvent décrit l’ethnicité en termes de développement personnel (chez les primordialistes), puis en termes d’interactionnisme (chez les instrumentalistes ou circonstancialistes). Ils ont négligé la catégorisation structurante et cognitive et le lien avec la culture (Ibid., 5). Dans les réflexions qui suivent, nous proposons de voir le structurant et le processuel comme deux volets d’une même dynamique culturelle. Pour la décrire, nous empruntons un terme mis en avant par Jacques Derrida pour désigner le processus cognitif : la « différance » – écrite avec « a » précisément pour la distinguer de l’autre différence qui suggère un état plutôt qu’un processus (Derrida 1982) – à ceci près que nous parlerons pour notre part de « différance culturelle ». Tout comme Derrida, nous partons de l’idée que l’espace et le temps constituent le substrat d’un processus, pas uniquement dans l’ordre cognitif, mais aussi dans l’ordre culturel. Le processuel, se servant du temps et de l’espace, est le fondement du culturel, mais int...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.