Show Less

Georges Bataille, Poète du réel

Series:

Marie-Christine Lala

Comment reconnaître le poète en Georges Bataille – à côté de l’écrivain et du penseur? A partir d’une lecture détaillée de L’Impossible, ce livre met peu à peu en lumière la relation paradoxale qui s’établit dans le mouvement de l’écriture entre le langage, l’expérience et le monde. Cette approche favorise les confrontations en sciences humaines et en même temps, elle éclaire le sens de la haine de la poésie qui excède les limites de la littérature et de la philosophie. Par leur exploration du mode de référence propre à l’énonciation, ces analyses permettent aussi de questionner la place du lecteur et les enjeux de la critique du discours. On peut voir les thèmes-clés de la pensée de Bataille (souveraineté, transgression, sacré…) ordonner leur cohérence profonde autour du réel impossible, depuis l’œuvre de la mort dans le texte. D’une poétique nouvelle, cette écriture augure une éthique à venir.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 3La haine de la poésie 67

Extract

Chapitre 3 La haine de la poésie Publié la première fois sous le titre de La Haine de la poésie (1947), le texte de L’Impossible (1962) se voit finalement attribuer le second titre: A peu près personne ne comprit le sens du premier titre, c’est pourquoi je préfère à la fin parler de L’Impossible. Il est vrai ce second titre est loin d’être plus clair. Mais il peut l’être un jour… (III, 101–102) Il y a ironie certaine à remplacer ainsi un titre obscur par un autre qui ne le serait pas moins… et en même temps, une dynamique est créée, emportant le lecteur dans la nécessité d’une élucidation. L’impossible nous intrigue… tour à tour, notion indéfinissable, catégorie… il peut revêtir également tous les caractères d’un véritable thème sans pour autant avoir recouvré un sens quelconque. En littérature, cette notion apparaît effectivement comme une nouveauté dans le contexte du début du vingtième siècle, avec les surréalistes en particulier. Elle est d’ailleurs attestée en ce sens sous la plume de Jean-Paul Sartre dans Qu’est-ce que la littérature?1 Notion sans aucun doute difficile à cerner, elle se rapproche de l’infini des romanti- ques, et nous pouvons la situer d’emblée à la charnière de l’écriture et de l’inconscient. A travers l’œuvre de Bataille, elle se donne sous la forme vide d’un point central, mais inouï, dont la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.