Show Less

Dans le feuilletage de la terre

Sur l’œuvre poétique de Marie-Claire Bancquart- Colloque de Cerisy

Series:

Edited By Béatrice Bonhomme, Aude Préta-de Beaufort and Jacques Moulin

Ce livre se consacre à l’œuvre de Marie-Claire Bancquart, poète, romancière, essayiste et critique. Habiter le monde en conscience, en y effleurant des joies, en y devinant des survies dans l’immanence, sans rien ignorer de ses violences, habiter « avec la mort, quartier d’orange entre les dents », telle est la tâche que se fixe Bancquart dans sa poésie. « Braille du vivant », la langue du poème doit permettre, avec simplicité, exigence, tendresse, d’interroger l’énigme des choses, entre présence et fragilité, parole et suspens.
De la révolte des premiers recueils à la sérénité inquiète des plus récents, l’œuvre accomplit un parcours poétique et existentiel dont les amis, poètes et chercheurs réunis à Cerisy-la-Salle pour le colloque international de septembre 2011 ont voulu montrer la singularité. Ces présentations sont réunies dans ce volume, qui est à ce jour le plus important ensemble critique consacré à l’œuvre poétique de Bancquart.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Part IV Ontologie de l’être au monde

Extract

Michaël Bishop Arbres, oranges et oiseaux : maximum-minimum d’un « cela » qui irradie : pour une ontologie bancquartienne « L’atroce », ce que, dans La paix saignée (PS, 51), Marie-Claire Bancquart appelle « l’atroce », est, en exhibe tous les signes de l’être. Dans cette optique la terre peut devenir, semble définitivement devenir, « puits à tessons » (OL, 99), un de ces « espaces impitoyables » que l’existence peut paraître vouloir fonder, espace puissamment évoqué dans Avec la mort, quartier d’orange entre les dents (AM, 88). Aller vers l’autre, ne sachant pas, fatalement, ce que c’est que l’autre – le « cela » de la totalité, y compris de sa propre personne – « s’en aller » (AN, 43) vers l’autre devient ainsi un geste d’une ampleur ontologique, psychologique – quelle dif férence, en ef fet ? – considérable, sans doute impli- citement infinie, geste qui exige à la fois courage et lucidité, un sentiment simultanément de la complexité et de la nécessité de ce que l’on fait, face à, et au cœur de, ce qui est, tout ce qui est. C’est accepter le défi d’être-là, de son être-là, et de voyager, d’opérer trans-gression sur trans-gression, souvent dans l’espoir, comme écrit Bancquart dans Verticale du secret (28), d’« inverse[r] l’incessant déficit », quitte à « trouver [peut-être], la poète parlant cette fois dans Anamorphoses, l’énigme. Intacte », d’ailleurs (AN, 7), le problème de l’ontos, si je peux m’exprimer ainsi, voué à un échec total du logos poé- tique. L’idéal serait peut-être de « marche[r] en...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.