Show Less
Restricted access

Textures

Processus et événements dans la création poétique moderne et contemporaine

Series:

Edited By Jeff Barda and Daniel Finch-Race

Le présent volume vise à questionner la place qu’entretiennent les textures dans le champ de l’expérience esthétique. Dans une image, un texte, un mouvement quelque chose se trame, achoppe, râpe, se défait et se déforme ; une couleur, une tache, une ligne, un tracé, une rupture syntaxique, un bégaiement, un bruit, un gros plan ouvrent à de multiples bifurcations sensorielles. Ainsi quelles techniques d’inscription, de composition – de tissage – sont à l’œuvre en peinture, au cinéma, en musique, au théâtre, en vidéo, en performance et dans les lettres ? Comment les définir, les saisir, les approcher dans leur singularité ? Les articles ici rassemblés cherchent à décrire et rendre sensible la manière dont les textures forment-déforment-reconfigurent-réactualisent non seulement les objets dans lesquelles elles s’engagent, mais aussi nos manières d’être. Si la problématique des textures jouit d’une certaine actualité dans les domaines de la création et de la recherche, reste pour nous la nécessité de cartographier cette notion, et d’en proposer une constellation dans le ciel du présent.
Show Summary Details
Restricted access

La Texture de pierres sèches dans les Souvenirs d’enfance et L’Eau des collines : Matière d’un paysage et d’une structure textuelle

Extract

← 50 | 51 →MARION BRUN

Nous définirons la texture propre au paysage provençal tel qu’il est écrit par Marcel Pagnol dans son œuvre autobiographique et ses romans. Cette texture avant tout minérale paraît une image efficace pour penser l’écriture de Pagnol à deux niveaux, dans son verbe et dans sa composition. Nous verrons quelle est la texture du paysage et comment elle contamine la chair des personnages, en réfléchissant notamment aux sensations que suscite cette minéralité. Une lecture plus métatextuelle nous conduira ensuite à envisager la notion du ‘verbe caillou’ pour qualifier la parole des personnages et du narrateur, puis à penser celle du ‘mur structure’, pour définir la composition des œuvres en prose de Pagnol.

Dans les premières pages de la tétralogie, Marcel Pagnol, retraçant sa généalogie, fait une hypothèse, à valeur humoristique, sur les différents métiers de la famille Pagnol : d’armuriers, ils devinrent artificiers, puis cartonniers. Il interprète ainsi cette évolution :

Voilà un bel exemple de sagesse latine : ils répudièrent d’abord l’acier, matière lourde, dure, et tranchante ; puis la poudre, qui ne supporte pas la cigarette, et ils consacrèrent leur activité au carton produit léger, obéissant, doux au toucher, et en tout cas non explosif.1

← 51 | 52 →Il associe ainsi une texture à chaque métier et interprète le carton comme la matière d’aboutissement de la civilisation méditerran...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.