Show Less
Restricted access

De la genèse de la langue à Internet

Variations dans les formes, les modalités et les langues en contact

Series:

Edited By Michael Abecassis and Gudrun Ledegen

Ce recueil d’articles regroupe une sélection des communications présentées au colloque international et pluridisciplinaire tenu à Oxford en janvier 2013, que complètent quelques contributions d’éminents chercheurs sur l’évolution du français, depuis ses origines jusqu’à ses développements liés à l’influence d’Internet. Les auteurs de ce volume s’intéressent à la langue française sous toutes ses formes et dans toutes ses représentations, dans le cinéma ou dans la littérature, et l’abordent aussi bien à travers sa syntaxe, son lexique, sa phonologie, que dans ses modalités orales ou écrites. De la rencontre de ces différents éclairages émerge un portrait de la langue française du XXIe siècle, telle qu’elle est étudiée actuellement, dans les recherches, dans ses modes d’écriture contemporains, sur les terrains plurilingues de différentes villes.
Show Summary Details
Restricted access

Quelle(s) diversité(s) pour la syntaxe ? (Béatrice Akissi Boutin & Nathalie Rossi-Gensane)

Extract

← 154 | 155 → BÉATRICE AKISSI BOUTIN & NATHALIE ROSSI-GENSANE

Comme il a été souvent souligné (par exemple, parmi de nombreux auteurs, par Romaine (1984), ou encore, pour le français, par Gadet (1997)), la notion de variation, si on l’entend comme changement de forme sans changement de sens, est délicate à manier en syntaxe, contrairement à ce qui est le cas en phonologie. Ainsi, des « constructions concurrentes, avec un matériau langagier organisé différemment » (Gadet 1997 : 13), peuvent-elles être sémantiquement équivalentes ? Cette synonymie est admise, au sein de la linguistique variationniste, par Weiner & Labov (1977 : 6), qui, comme le rappelle Romaine (1984 : 412), définissent les variantes syntaxiques en tant que des « façons alternatives de dire la même chose du point de vue de la vérité ». Néanmoins, la conception majoritaire qui semble avoir émergé est celle d’un assouplissement de la condition d’équivalence sémantique. Telle est notamment la position de Gadet (1997 : 11) : « Il faudrait sans doute être moins ambitieux sur les questions de sens, reconnaître les dimensions du flou et du vague, et parler, plutôt que de ‘dire la même chose’, de ‘dire des choses proches à propos d’un même référent’ ». Le caractère opératoire de cette notion de proximité sémantique à laquelle on aboutit peut cependant être questionné, d’autant que celle-ci s’accompagne d’une intrication entre sémantique et pragmatique si l’on prend notamment en compte l’intention ← 155 | 156 → communicative. Sur cette base peuvent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.