Show Less
Restricted access

À la carte

Le roman québécois (2010–2015)

Edited By Gilles Dupuis and Klaus-Dieter Ertler

Le troisième volume de notre série « À la carte » propose de nouveau une radiographie du roman qui s'écrit actuellement en français au Québéc afin de capter le pouls de sa littérature au sein de l'espace francophone canadien, américain, voire européen. Quels sont les sujets, les rêves, les phantasmes traités par le roman québécois contemporain ? Quelles sont les formes privilégiées, ses styles de prédilection ? Quels défis pose-t-il à l'institution littéraire, critique et universitaire ? Comment s'inscrit-il dans le panorama culturel, en particulier au Québec et au Canada ? Quels vecteurs annonce-t-il au sein de la production romanesque pour les prochaines décennies ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage prétend apporter quelques éléments de réponse, en suggérant des pistes de réflexion pour l'avenir de la recherche dans le secteur des lettres québécoises, de part et d'autre de l'Atlantique.

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



Depuis l’amorce de notre projet collectif « À la carte » à l’aube du troisième millénaire, qui coïncida avec un nouveau siècle dans la production romanesque du Québec, nous avons été en mesure de prendre le pouls, à chaque cinq ans, de l’évolution du roman québécois actuel ou du moins de radiographier un certain état de cette évolution en en dressant un bilan provisoire. Bien que pour chaque quinquennat notre échantillon soit limité et qu’il dépende à chaque fois de la « bonne volonté » de nos collaborateurs, lesquels font valoir leurs goûts personnels et leurs partis pris dans la sélection des titres composant le corpus à l’étude (selon le principe même de la carte blanche qui est au fondement de notre projet), il reste néanmoins suffisamment varié et représentatif pour nous risquer, une fois le travail achevé, à dégager quelques grandes tendances de la littérature contemporaine de la période étudiée. La mouture 2010–2015, que nous avons le plaisir de présenter au public aujourd’hui, ne fait pas exception à la règle.

Si certains courants se sont épuisés ou à tout le moins raréfiés, d’autres ont fait leur apparition ou sont réapparus dans le panorama des lettres québécoises. Déjà, pour la période 2005–2010, nous constations un amuïssement relatif du courant dit des écritures migrantes par rapport à la période précédente. Certes, de nouveaux noms peuvent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.