Show Less
Restricted access

Panaït Istrati de A à Z

Dolores Toma

Panaït Istrati a toujours eu le culte du dictionnaire, comme somme de connaissances variées, comme livre instructif mais ludique à la fois. Le dictionnaire a été aussi pour lui le principal outil d’apprentissage et d’approfondissement des sens de sa pensée et de celle des autres. À 32 ans, il apprenait le français en copiant un dictionnaire français-roumain sur des fiches. Quelques années plus tard, quand il se mettra à écrire lui-même en français, il le fera en ouvrant cent fois le Larousse pour voir comment écrire tel ou tel mot. Il acceptait néanmoins ces travaux forcés comme le sacrifice et la souffrance qu’il avait toujours cru être l’inévitable rançon du bonheur. Celui d’exprimer sa pensée et de faire entendre ses propres mots. Cela ne lui aurait peut-être pas déplu de savoir qu’il est lui-même devenu un dictionnaire.
Show Summary Details
Restricted access

Cosma

Extract



« Je vais te raconter l’histoire de Cosma… » qui constitue la troisième nouvelle (selon le terme utilisé par l’auteur) de l’Oncle Anghel, volume inclus dans le cycle des récits racontés à Adrien. Ils ont été conçus comme des ouvrages d’imagination »344, par rapport aux suivants, qui représentent le monde directement connu par Adrien. Si ce monde était jugé par l’auteur comme « banal, sans foi et sans passion »345, celui imaginé dans le cycle des Récits d’Adrien Zograffi était mythique : il forgeait l’épopée d’un passé titanesque, époque d’une vitalité démesurée qui se manifestait librement et héroïquement. Les personnages pivots sont, de ce point de vue, Cosma et Kyra la mère, frère et sœur mythiques qui avaient vécu quelque cent ans avant que leurs histoires ne soient écrites. « Le hameau de Baldovinesti d’où je tire mon origine, n’avait qu’une cinquantaine de familles, dont la moitié nous était apparentée, mais presque tous les mâles étaient des Cosma, et toutes les femelles des Kyra »346.

Si, dans ce fragment, il s’agit d’une métaphore, qui servait à illustrer et à valoriser, ailleurs l’auteur se targuait de l’existence réelle d’un lien familial, par sa généalogie maternelle, entre lui et Cosma347. Elle n’était pas destinée, selon moi, à doter d’une lignée mâle le bâtard Panaïtaki, en faisant aboutir sa quête identitaire, comme on le dit348. Plutôt que de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.