Show Less
Restricted access

Le romanesque dans les «Lettres» de Madame de Sévigné

Series:

Monika Kulesza

Cette étude de la Correspondance de Madame de Sévigné est fondée sur plusieurs significations du terme « romanesque ». Les lettres de la marquise ne sont pas un roman mais elles présentent de multiples traits « romanesques » qui permettent une lecture particulière du chef-d’œuvre épistolaire. L’art du récit, les thèmes, le style, les références variées au monde des romans et la présence de cet univers dans la vie de la marquise et de son milieu constituent les axes de l’analyse. Le but de cette étude est de montrer l’omniprésence du « romanesque » dans le champ culturel de l’époque et son influence sur les esprits et les œuvres littéraires.
Show Summary Details
Restricted access

Troisieme Partie: Telles Un Roman…

Extract

← 104 | 105 → TROISIEME PARTIE TELLES UN ROMAN…

III. 1. Narration

Un des rhétoriciens du XVIIe siècle, le Père Bouhours, écrit à propos de ceux qui savent converser qu’ils « ont toujours quelque question subtile à proposer, et quelque joli conte à faire, pour animer la conversation, ou pour la réveiller quand elle commence à languir »187.

La lettre familière, telle que la pratique Mme de Sévigné, est souvent proche de la conversation. Même si, comme le constate Mireille Gérard, il n’y a rien de commun entre une feuille de papier et une personne, l’art de la conversation est au XVIIe siècle, tout comme la lettre, un art de vivre soumis à une étiquette et aux règles de la politesse188. Rappelons seulement que dans Clélie il y a une conversation à plusieurs sur l’art de la lettre189. Christophe Strosetzki voit dans la correspondance une variante écrite de la conversation et estime que c’est cette dernière qui servait de modèle à Mme de Sévigné pour ses lettres190. Chez la marquise, la parenté du style épistolaire avec celui de la conversation est évidente.

Bernard Bray souligne que les narrations de l’épistolière appartiennent au registre de la conversation et qu’elles sont le « sel » de la lettre. « Forme courte à l’intérieur d’une forme courte, quintessence de l’écriture épistolaire, elle en présente le charme principal, d’autant plus que sa structure libre lui évite la plupart des assujettissements dont...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.