Show Less
Restricted access

Dynamique des franҫais africains : entre le culturel et le linguistique

Hommage à Ambroise Jean-Marc Queffélec 2

Edited By Peter Blumenthal

Le dénominateur commun des contributions réunies ici est une certaine vision des processus évolutifs repérables dans les variétés du français en Afrique. Une telle manière d’observer et, dans la mesure du possible, d’expliquer les changements linguistiques survenus dans cette partie immense de la francophonie provient des recherches d’Ambroise Queffélec, maître à penser de nombreux auteurs du présent ouvrage. Les contributions sont dédiées en hommage à cet ami, collègue ou directeur de thèse, décédé en 2013. Elles reprennent et développent les grands thèmes de ses recherches : contacts entre le français et les langues africaines, formation de parlers mixtes, effets de l’arrière-plan socioculturel sur l’évolution linguistique.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



Ambroise Jean-Marc Queffélec est né le 18 juin 1948 à Alger, dans un pays qu’il aime profondément et dont il ressentira toujours douloureusement la perte. Il doit quitter l’Algérie le 30 juin 1962. Rapatriée en France, sa famille s’installe d’abord à Perpignan, où il poursuit sa scolarité au lycée de la ville (1962-1963). Les mutations professionnelles de ses parents les conduisent ensuite à Blois, où Jean-Marc Queffélec reste jusqu’à l’obtention de son Baccalauréat. Il choisit ensuite de poursuivre des études de Lettres à l’Université de Tours, puis à celle de Nice, où il rencontre le Professeur Gérard Moignet, qui dirigera ses futurs travaux de recherche. Il obtient sa licence (1969) et sa maîtrise (1970) de Lettres Modernes. Après avoir réussi le concours des IPES, il est reçu au C.A.P.E.S. de Lettres Modernes en 1970 et à l’Agrégation de Lettres Modernes en 1971. Il est alors nommé à l’Ecole Normale de Strasbourg, où il ne reste pas, préférant un poste en Afrique.

De 1971 à 1974, il occupe les fonctions d’assistant à l’Université de Brazzaville, au Congo, et commence à s’intéresser aux particularités lexicales et syntaxiques du français d’Afrique. Il s’engage dans un nouveau cursus universitaire qui lui permet d’obtenir, en 1974, une licence en droit, option droit public. Il rentre une année, en qualité d’assistant, à l’Université de Nice (1974-1975) puis occupe un nouveau poste de maître-assistant au Niger, à l’Université de Niamey (1975-1977). Après ce s...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.