Show Less
Restricted access

Stratégies autofictionnelles- Estrategias autoficcionales

Edited By Anna Forné and Britt-Marie Karlsson

Cette anthologie réunit des contributions sur le thème des stratégies autofictionnelles. Les textes analysés évoluent dans une zone indécise aux confins du document et de la fiction, du roman et de l’autobiographie. Un large déploiement temporel et spatial permet d’interroger la notion d’autofiction dans les contextes historiques, culturels, politiques et linguistiques les plus variés.
Los ensayos reunidos en esta antología abordan las estrategias autoficcionales en diversos contextos históricos, culturales, políticos y lingüísticos. Los textos analizados tienen en común que se articulan en esta zona gris de la frontera entre el documento y la ficción, la novela y la autobiografía, pero en diferentes momentos y contextos, lo cual permite una mirada amplia sobre este fenómeno literario.
Show Summary Details
Restricted access

Britt-Marie Karlsson – (Auto)représentations d’Hélisenne de Crenne. Portraits intra-, inter- et épitextuels

Extract

| 37 →

Britt-Marie Karlsson

(Auto)représentations d’Hélisenne de Crenne. Portraits intra-, inter- et épitextuels

La persona d’Hélisenne de Crenne continue à intriguer les lecteurs de l’œuvre parue sous ce nom de plume, peut-être plus parlant pour les contemporains de l’auteure. Pour ceux qui ont découvert son œuvre plus tard, il a fallu attendre que Louis Loviot (1917) ait pu conclure quelque trois cent cinquante ans plus tard, grâce à la publication d’Ernest Prarond (1902) d’une chronique de Nicolas Rumet datant du XVIe siècle1, que le demi-pseudonyme Hélisenne de Crenne dissimule vraisemblablement une Marguerite Briet, née à Abbeville et mariée à un Philippe Fournel, sieur de Crenne. De cette personne nous savons pourtant peu de chose, excepté ce qui est indiqué dans un certain nombre d’actes notariaux la concernant2. Sa vie restera donc en grande partie inconnue, si nous ne choisissons pas d’interpréter sa production littéraire comme un témoignage authentique. La première partie des trois constituant Les Angoysses douloureuses qui procèdent d’amours (1538), le premier ouvrage attribué à Hélisenne de Crenne, revêt effectivement des allures autobiographiques, et de nombreux lecteurs ont été tentés d’y voir un portrait de l’auteure elle-même. Les trois livres suivants, Les epistres familieres et invectives (1539), Le Songe de madame Helisenne (1540) et la traduction en prose des Quatre premiers livres des Eneydes du treselegant poete Virgile (1541), complètent et nuancent tout à la fois le premier...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.