Show Less
Restricted access

Les émotions dans le discours- Emotions in Discourse

Peter Blumenthal, Iva Novakova and Dirk Siepmann

Comment les mots permettent-ils d’appréhender ces objets obscurs que sont nos emotions ? Diverses langues européennes offrent-elles les mêmes perspectives sur cette réalité mouvante, explorée aussi par plusieurs disciplines appliquées (didactique, lexicographie, traitement automatique des langues) ? Le volume tente de répondre à ces questions en mettant en relief certaines innovations théoriques et méthodologiques en sémantique lexicale et en analyse du discours.
How do words allow us to understand these obscure objects that are our emotions? Do various European languages offer the same perspective on this changing reality, when explored by several applied disciplines (language teaching, lexicography, natural language processing)? This volume offers answers by highlighting theoretical and methodological innovations in lexical semantics and discourse analysis.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



Au commencement du colloque tenu à l’université d’Osnabrück (6–8 février 2013), qui a donné lieu à la présente publication, était le projet EMOLEX (« Le lexique des émotions dans cinq langues européennes : sémantique, syntaxe et dimension discursive », www.emolex.eu), financé par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) et l’Agence Nationale de la Recherche (ANR, France). EMOLEX avait pour objectif d’analyser, dans une perspective contrastive et sur la base de grands corpus littéraires et journalistiques, le lexique des émotions en français, allemand, anglais, espagnol et russe. Sur le plan théorique, le projet partait inévitablement d’une base onomasiologique : le concept même de lexique des émotions renvoie à un domaine de la réalité que le linguiste suppose représenté par un certain nombre de mots dans chacune des langues en question. Sans une telle hypothèse sur l’existence des « choses » (en l’occurrence des émotions), une comparaison entre les mots désignant ces dernières n’aurait guère eu de sens. Or, toute l’histoire de la sémantique a montré la nécessité méthodologique d’alterner et d’associer ces points de vue fondamentaux et complémentaires qu’offrent l’onomasiologie et la sémasiologie. Cette dernière discipline nous incite à « faire la part des mots » et à tenir compte du fait que chaque unité lexicale suggère une certaine vision de son référent. Rien n’empêcherait de considérer ce même référent sous un autre angle, et les synonymes ou les équivalents dans d’autres langues...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.