Show Less
Restricted access

« Du divin et des dieux »

Recherches sur le « Peri tôn tou theou » de Paul Valéry

Series:

Edited By Franz Johansson, Fabienne Mérel and Benedetta Zaccarello

Par sa richesse, sa profondeur, sa singularité, le Peri tôn tou theou ou Dialogue des choses divines revêt, en dépit de son caractère inachevé, une importance considérable et un statut unique à l’intérieur de l’œuvre de Paul Valéry. Les contours et les ambitions de ce travail protéiforme, les circonstances de sa genèse et les raisons de son inachèvement donnent lieu ici à de minutieuses analyses. Faisant émerger une intertextualité souvent inattendue et des résonances autobiographiques, les recherches mettent également en lumière la complexité du réseau conceptuel développé par Valéry autour du divin, et l’originalité de son attitude vis-à-vis de sujets – la religion, la mystique, l’Eros – qui ont hanté l’écrivain bien au-delà de ce que l’œuvre publiée de son vivant n’aurait laissé deviner.
Show Summary Details
Restricted access

La thématique de la mort dans le Peri tôn tou theou

Extract

Tu avais peur de naître,et maintenant tu as peur de mourir.Tu as peur de tout.Il ne faut pas avoir peur.Il y a simplement une grande roue qui tourne.Elle s’appelle Éternité.C’est moi qui fais tourner la grande roue.Tu ne dois pas avoir peur de moi.Ni de la grande roue.La seule chose qui puisse te faire peur,qui puisse faire mal,c’est la vie,et tu la connais déjà.AGOTA KRISTOFC’est égal (2005)

Si vis vita, para mortem(Si tu veux supporter la vie,organise-toi pour la mort)SIGMUND FREUDConsidérations actuelles sur la guerreet sur la mort (1915)

Nous n’avons pas de définition incontestable de la mort, et Valéry le savait bien. La mort, du latin mors, a trait à la fin de la vie, à la cessation physique de la vie. Essentiellement, elle peut être considérée comme un événement d’ordre biologico-physiologique, appartenant à la nature commune des processus vitaux de l’homme et des animaux. Si cette définition est connue de tous, elle peut être élargie. En effet, à la différence de ce qui a lieu chez les animaux, la mort suscite en l’homme une angoisse radicale, profonde et bouleversante, qui exige une solution et un dépassement. La pensée de la mort est une pensée qui nous obsède, parce que le temps psychologique nous travaille et nous inquiète ; d’une certaine façon cette pensée est ← 79 | 80 → pour l’homme constituante, essentielle1. La mort est...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.