Show Less
Restricted access

L’Orient du signe

Rêves et dérives chez Victor Segalen, Henri Michaux et Emile Cioran

Series:

Elodie Laügt

Contenu : Victor Segalen, Stèles ou la mise en écriture de l’exotisme – Exotisme et désorientation : qui parle ? – L’émergence d’un phantasme de l’autre : orientation, orientalisme ou mise en fiction ? – La création d’un espace de dialogue : l’idéogramme, écriture de l’autre ou chinoiserie ? – Idéogrammes en Chine : altérité et barbarie dans l’écriture d’Henri Michaux – L’idéogramme comme écriture – L’écriture comme geste ou mouvement – Ecriture et pouvoir – E. Cioran : l’écriture aphoristique comme création d’un espace de rencontre – L’écriture aphoristique comme espace polyphonique – L’aphorisme comme écriture de l’exil – L’écriture aphoristique comme principe de connaissance – Redéfinition de la lecture à travers l’écriture de la peinture chez V. Segalen et H. Michaux – Ecriture sur la peinture et écriture à partir de la peinture : quels genres d’énoncés ? – V. Segalen : peinture et exotisme de l’espace – H. Michaux : l’élaboration d’une parole plurielle en regard de la peinture – Remise en question de la perspective mimétique de l’écriture – Peintures de V. Segalen : l’écriture comme peinture – H. Michaux : la peinture comme écriture et l’écriture comme lecture – La rencontre comme participation – Segalen : quand la sollicitation de l’autre met en question le statut du « je » – Mise en question de la fonction structurante de l’écriture par Michaux – Le poète, l’aphoristicien et le musicien – Segalen : écrire pour la musique – Entre la musique de l’autre et l’idée d’une musique autre – Musique et mise en espace de l’écriture – Odes : où l’écriture se substitue à la musique – Cioran : la musique ou l’autre nom du monologue – La musique, le même et l’évidence – La musique et la mort – Michaux et la musique : la « déclaration anti-musicale » – La pratique musicale comme écoute – Perspective didactique du discours sur la musique.