Show Less
Restricted access

Iliade : langue, récit, écriture

L’épopée homérique et l’invention de la citoyenneté

André Sauge

L’épopée homérique (« Iliade » et « Odyssée ») appartient de droit à l’espace de la fondation d’une cité, à l’époque où, à Athènes, s’accomplit une révolution civique, politique, et, pour tout dire, mentale (au cours du VI e siècle). Si l’ Iliade n’est pas le premier texte de la littérature occidentale, elle peut être considérée comme le récit fondateur de l’égalité des droits du citoyen. Elle l’est par une critique radicale de l’idéologie guerrière de l’aristocratie.
L’auteur suit les traits « démocratiques » dans l’ Iliade à travers une analyse complémentaire de la langue épique, d’un élément particulier du récit – le destin des armes divines – et quelques particularités graphiques, attestables dans les pratiques athéniennes de la fin du VIe siècle. Minutieusement le texte est pris au sérieux dans son ensemble comme milieu de construction d’un message unitaire, brouillé par des adjonctions tardives à l’adresse d’un destinataire singulier.
Contenu : Caractères singuliers de la langue épique en Grèce archaïque (double morphologie, hexamètre, la formularité au service de l’invention) – Le texte, sa commande, son destinataire, rôles et valeurs, enjeux idéologiques – Récit critique, transformation des thèmes traditionnels – Le récit comme argumentation – Ambiguïtés graphiques (homographie) – Écriture et pouvoir.