Show Less
Restricted access

Documents diplomatiques français

1922 – Tome II (1er juillet – 31 décembre)

Series:

Ministère des Affaires étrangères

Le second semestre de l’année 1922 est marqué par une tension croissante entre la France et la Grande-Bretagne sur la question des réparations et la question d’Orient, tension qui s’atténue avec l’arrivée au pouvoir des conservateurs. À la suite de la demande allemande de moratoire du 12 juillet et de la note Balfour du 1 er août, Poincaré réaffirme avec fermeté la priorité des réparations sur les dettes interalliées. Après l’échec de la conférence interalliée de Londres en août, où les Britanniques rejettent l’idée d’un gage productif, il n’exclut plus une action unilatérale de la France dans la Ruhr, tout en s’efforçant de convaincre les Belges d’y participer. Avec l’arrivée de Mussolini, la position italienne sur les réparations se rapproche de celle de la France. En décembre, le gouvernement britannique rejette à nouveau toute idée d’une prise de gage dans la Ruhr, tandis que Poincaré refuse la réunion d’un comité de banquiers proposée par le secrétaire d’État américain. On prépare, à Paris, des plans d’occupation de la Ruhr.
La victoire des kémalistes en Asie Mineure remet en cause l’accord de mars 1922 entre la France, la Grande-Bretagne et l’Italie sur le règlement de la question d’Orient. Malgré les nombreuses atteintes aux accords d’Angora, Poincaré maintient sa politique favorable aux nationalistes, provoquant ainsi une vive irritation des Britanniques, contraints à de larges concessions à la veille de la conférence de Lausanne.
En Europe danubienne, le protocole de Genève de septembre est l’aboutissement de la politique française de restauration financière de l’Autriche et de consolidation de son indépendance. La France renforce le potentiel militaire de ses alliés orientaux par des crédits et des livraisons d’armes, favorise la concertation entre les états-majors polonais et roumain, mais ne parvient pas à faire aboutir le projet d’Union baltique. Elle maintient sa politique de fermeté sur la question des dettes tsaristes et des biens nationalisés, tout en s’interrogeant sur l’envoi d’un représentant officieux en Russie à la suite du voyage d’Herriot.