Show Less
Open access

Mémoire et démocratie en Occident

Concurrence des mémoires ou concurrence victimaire

Series:

Edited By Jacques Beauchemin

La société moderne a longtemps entretenu un rapport plus serein au passé qu’à l’avenir. Le récit du passé qui s’accumule dans les livres n’est-il pas cette chose inerte destinée à éclairer le présent ? Pourtant, litiges et controverses quant aux « vérités » que l’histoire prétend fonder ébranlent les certitudes.
L’une des conséquences de l’impuissance de l’histoire à asseoir ce qui serait une certaine vérité du passé, c’est d’attirer à elle ceux qui voudraient s’y inscrire rétroactivement en invoquant les injustices mémorielles dont ils auraient été victimes. Si l’histoire s’ouvre ainsi à tout venant, c’est que la société elle-même n’est plus certaine de son identité non plus que du parcours qui l’a conduite jusqu’à elle-même. Dans les sociétés contemporaines où s’achève cet éclatement de la référence collective, on observe ainsi l’encombrement des acteurs se précipitant au cœur de l’histoire espérant y inscrire la mémoire de leur propre parcours.
Jacques Beauchemin est sociologue et professeur au département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal. Il est aussi chercheur au Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité au Québec (CRIDAQ). Ses travaux portent sur les nouvelles formes de la citoyenneté, les dynamiques identitaires et le discours politique. Son expertise lui a valu une place au sein du comité-conseil de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles (Commission Bouchard-Taylor).