Show Less
Restricted access

Ecritures du repas

Fragments d’un discours gastronomique

Karin Becker and Olivier Leplatre

Ce volume collectif cherche à éclaircir les relations entre littérature et nourriture. Jusqu’à présent, la recherche littéraire a été très timide à considérer les modalités d’écriture du fait alimentaire. Le présent volume s’inscrit donc dans la réhabilitation encore hésitante d’un sujet que la critique littéraire n’aborde guère en recourant, comme le propose cet ouvrage, à l’apport transdisciplinaire des sciences humaines. Les treize articles analysent l’écriture gastronomique à travers différents types de discours et sur une période qui s’étend du Moyen Age au XX ème siècle. Le sous-titre renvoie à Roland Barthes, pour lequel la nourriture elle-même constitue un code, dépendant d’une énonciation et de règles de mise en signes. Le repas est un phénomène dans lequel se croisent tous les signes alimentaires d’une manière significative. Les contributeurs se proposent d’étudier comment les stratégies de description de siècle en siècle manifestent continuités et ruptures.
Contenu : Karin Becker/Olivier Leplatre : Introduction : « Faire l’histoire de la gastronomie, c’est faire l’histoire d’une littérature » – Jean-François Kosta-Théfaine : Du livre de cuisine à « l’Art total » : La littérature culinaire française du Moyen Age – Aurélie Barre : Hosties d’encre dans « Renart et Primaut » (Branche XIII du Roman de Renart) – Jean-Claude Mühlethaler : Le vin entre morale et carnaval : François Villon et Jean Molinet – Jean-Pierre Landry : L’Ecole des femmes et Les Femmes savantes de Molière ou les festins interdits – Marine Ricord : « Tout ce qui me nourrit » : histoires de repas dans les Lettres de Madame de Sévigné – Cyril Francès : La chère et le charnel : la gastronomie sensuelle de Casanova – Paul Junod/Olivier Leplatre : L’idylle dite des cerises (Livre IV des Confessions de Jean-Jacques Rousseau) - « Les cerises tombent où les textes manquent. » La cerise : petite carpologie littéraire et picturale – Karin Becker : Le repas érotique dans La Fanfarlo de Baudelaire – Pierre Michel : Gastronomie ou Barbarie. Autour de la Physiologie du goût et de la Maison rustique des Dames – Patrick Laudet : Diététique et mystique de La Recherche : tremper la madeleine et faire couler le roche – Alain Drouard : La cuisine de Georges Simenon – Astrid Bouygues : L’Entredévoration animale dans la poésie du XXe siècle : une écriture de l’anti-repas ?