Show Less
Restricted access

De Kleist à Döblin

Littérature, Histoire, Politique

Series:

Michel Vanoosthuyse

Cet ouvrage réunit des études consacrées à la littérature de langue allemande écrite à l’orée du romantisme jusqu’au milieu du XXe siècle. Qu’il s’agisse des relations que cette littérature entretient avec la Révolution française, de sa résistance au nazisme au temps de l’exil, ou des engagements de tel auteur dans les débats politiques de son temps, la visée de ces travaux est d’explorer les rapports complexes que le texte littéraire, principalement de fiction, entretient avec l’Histoire. Quelques études sont toutefois moins directement centrées sur la thématique historique, encore que celle-ci n’en soit jamais totalement absente, et envisagent le travail littéraire dans sa dimension d’identification et d’interrogation du sujet sur lui-même. Quelle que soit cependant la thématique, le principe général qui gouverne l’ensemble est d’envisager le texte de fiction dans sa dimension pragmatique, comme un acte, un processus singulier de connaissance. De ce point de vue, il n’y a pas de différence d’approche entre des œuvres définies, par exemple, comme des processus compliqués d’affranchissement des idées révolutionnaires françaises, et des textes interprétés comme des quêtes de solution aux problèmes personnels souvent dramatiques posés par la vie, comme c’est le cas pour Karl Philip Moritz, Heinrich von Kleist, Kafka, Robert Walser ou Rilke.

Spécialiste de littérature de langue allemande, Michel Vanoosthuyse est professeur émérite à l’Université Paul-Valéry de Montpellier. Il a notamment écrit Le Roman historique. Mann, Brecht, Döblin (Presses Universitaires de France, 1996) ; Alfred Döblin. Théorie et pratique de l’ « œuvre épique » (Belin, 2005) ; Fascisme et littérature pure. La fabrique d’Ernst Jünger (Agone, 2005). Il est aussi le traducteur et le préfacier de plusieurs romans (Voyage babylonien, Gallimard, 2007 ; Wallenstein, Agone, 2012) et essais (Ecrits sur la littérature, Agone, 2013) d’Alfred Döblin. Il est aussi l’auteur d’un récit, Les vacances allemandes du KG 37476, paru chez l’Harmattan en 2016. Il a reçu en 2014 le prix Gérard de Nerval – SGDL / Goethe-Institut pour ses traductions de Döblin.