Show Less
Restricted access

Henry Bauchau, une poétique de l’espérance

Actes du colloque international de Metz (6-8 novembre 2002)

Series:

Pierre Halen, Raymond Michel and Monique Michel

L’œuvre de Henry Bauchau (1913-) s’est imposée tardivement mais largement à la reconnaissance du public de langue française, et bien au-delà, avec des romans comme Œdipe sur la route et Antigone. Traduite, portée à la scène et même à l’opéra, elle comporte aussi des livres moins souvent cités – poésie, théâtre, journaux – mais tout aussi essentiels.
Après les colloques de Noci et de Cerisy-la-Salle, la rencontre de Metz se consacre à la poétique de l’écrivain, c’est-à-dire d’abord aux circonstances de l’écriture, déjà approfondies dans les journaux et les essais de L’Écriture à l’écoute. De quelle nécessité, par quel saut dans l’inconnu l’œuvre advient-elle, après 1945, portée par l’analyse et défiant le sentiment du désastre personnel? Car son principe moteur est l’espérance, une espérance liée à la colère, et dont le caractère dialectique ne masque pas l’éventuelle violence et les conflits. Espérance d’écrire et de se laisser mener par l’écriture, espérance de se libérer des pesanteurs inutiles et des leurres existentiels.
Les études rassemblées ici éclairent sous ses diverses facettes l’activité créatrice d’un écrivain majeur, qui a suivi de près les évolutions et les ruptures profondes du XX e siècle.
Les responsables de la publication: Pierre Halen enseigne la littérature générale et comparée à l’Université de Metz. Spécialiste des littératures francophones (Belgique, Afrique centrale), il s’intéresse aux domaines interculturels (colonies, exotisme, voyage, migration).
Raymond Michel, Maitre de conférence en littérature française, enseigne au département de Lettres modernes de l’Université de Metz. Il a consacré son doctorat à Julien Gracq et ses recherches ultérieures à la littérature contemporaine et à la théorie littéraire.
Monique Michel, Maitre de conférence en littérature française, enseigne à l’IUFM de Lorraine. Après une thèse sur le théâtre (Le Roi pêcheur), elle s’intéresse à la littérature contemporaine et notamment à la littérature de jeunesse.