Chargement...

Dynamique des franҫais africains : entre le culturel et le linguistique

Hommage à Ambroise Jean-Marc Queffélec 2

de Peter Blumenthal (Éditeur de volume)
©2015 Autres 286 Pages

Résumé

Le dénominateur commun des contributions réunies ici est une certaine vision des processus évolutifs repérables dans les variétés du français en Afrique. Une telle manière d’observer et, dans la mesure du possible, d’expliquer les changements linguistiques survenus dans cette partie immense de la francophonie provient des recherches d’Ambroise Queffélec, maître à penser de nombreux auteurs du présent ouvrage. Les contributions sont dédiées en hommage à cet ami, collègue ou directeur de thèse, décédé en 2013. Elles reprennent et développent les grands thèmes de ses recherches : contacts entre le français et les langues africaines, formation de parlers mixtes, effets de l’arrière-plan socioculturel sur l’évolution linguistique.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Introduction
  • Publications d’Ambroise Jean-Marc Queffélec
  • 1. Le français dans l’environnement africain
  • Quelle langue française en Afrique ? Situation et perspectives
  • Le français d’Afrique : une langue française de culture africaine ?
  • Dieu et Allah en français oral : signes de sécularisation dans l’espace francophone
  • 50 ans de politiques linguistiques en République du Congo
  • Approche anthropolinguistique de la politesse en français au Cameroun
  • De l’Afrique francophone au Kenya. Saisir le français entre les langues et les cultures avec « pardon », « les trois pierres » et « s’asseoir »
  • 2. Mots, formes et constructions
  • Les emprunts autochtones : statut et fonctionnement
  • Les kinoisismes ou particularités lexicales du français à Kinshasa. Etude lexico-sémantique
  • Les antillanismes du français d’Afrique
  • IFA, légende et historiographie
  • L’hybridation, procédé néologique dans le français au Maghreb
  • Le concept de personne : extension de la forme de P3 dans le français parlé de locuteurs gabonais
  • Autour des collocations des substantifs de sentiment de peur dans la presse algérienne francophone
  • 3. Parlers mixtes
  • Les parlers mixtes comme réponse aux diglossies postcoloniales ?
  • « Le nouchi c’est notre créole en quelque sorte, qui est parlé par presque toute la Côte d’Ivoire »
  • Camfranglais et français populaire au Cameroun : convergences et divergences du point de vue linguistique

← 8 | 9 → Introduction

Ambroise Jean-Marc Queffélec est né le 18 juin 1948 à Alger, dans un pays qu’il aime profondément et dont il ressentira toujours douloureusement la perte. Il doit quitter l’Algérie le 30 juin 1962. Rapatriée en France, sa famille s’installe d’abord à Perpignan, où il poursuit sa scolarité au lycée de la ville (1962-1963). Les mutations professionnelles de ses parents les conduisent ensuite à Blois, où Jean-Marc Queffélec reste jusqu’à l’obtention de son Baccalauréat. Il choisit ensuite de poursuivre des études de Lettres à l’Université de Tours, puis à celle de Nice, où il rencontre le Professeur Gérard Moignet, qui dirigera ses futurs travaux de recherche. Il obtient sa licence (1969) et sa maîtrise (1970) de Lettres Modernes. Après avoir réussi le concours des IPES, il est reçu au C.A.P.E.S. de Lettres Modernes en 1970 et à l’Agrégation de Lettres Modernes en 1971. Il est alors nommé à l’Ecole Normale de Strasbourg, où il ne reste pas, préférant un poste en Afrique.

De 1971 à 1974, il occupe les fonctions d’assistant à l’Université de Brazzaville, au Congo, et commence à s’intéresser aux particularités lexicales et syntaxiques du français d’Afrique. Il s’engage dans un nouveau cursus universitaire qui lui permet d’obtenir, en 1974, une licence en droit, option droit public. Il rentre une année, en qualité d’assistant, à l’Université de Nice (1974-1975) puis occupe un nouveau poste de maître-assistant au Niger, à l’Université de Niamey (1975-1977). Après ce séjour africain, il revient à l’Université de Nice, nommé assistant, puis maître-assistant et maître de conférences. En 1985, il soutient sa thèse d’Etat en Lettres et Sciences Humaines à L’Université de la Sorbonne-Paris IV : La Négation en ancien français. Ses recherches sont dirigées par le Professeur Gérard Moignet puis, après le décès de ce dernier, par le Professeur Robert Martin.

En septembre 1987, il est élu Professeur de Linguistique générale et française à l’Université de Provence puis à l’Université d’Aix-Marseille. Il participe, comme membre du jury, à plusieurs sessions des concours du C.A.P.E.S. et de l’Agrégation. Ses activités d’enseignement se partagent entre l’ancien français et la francophonie. Il dirige de nombreux mémoires de recherche et plusieurs thèses sur la francophonie. Ses recherches l’amènent à collaborer étroitement et activement avec l’Agence Universitaire de la Francophonie, et il assure, de 2005 à 2007, la coordination du réseau « Etude du français en francophonie ». Il est responsable de l’équipe de recherches « Le français en Afrique » à l’UMR 6039 « Bases, corpus, langage » de l’Institut de la Langue française » (CNRS) et il dirige Le français en Afrique, revue du Réseau des Observatoires du Français Contemporain en ← 9 | 10 → Afrique. Il occupe la charge de co-responsable de l’équipe « Congo-Brazzaville » de la base de données lexicographiques panfrancophone.

La transmission du savoir a toujours été sa priorité essentielle et il a permis à des étudiants originaires du Maghreb et d’Afrique de venir se former à l’Université de Provence, grâce aux bourses qu’il leur a obtenues. Tous peuvent se souvenir de l’attention intellectuelle et humaine qu’il avait pour eux, les accueillant chez lui et s’attachant toujours à leur offrir les meilleures conditions matérielles pour mener à bien leurs travaux de recherche.

Jean-Marc Queffélec nous a quittés le 16 avril 2013, à la suite de complications survenues après une greffe du rein, à l’hôpital de la Conception, à Marseille.

Sa disparition a jeté la consternation dans le cercle de ceux qui l’avaient connu comme maître à penser, collègue et ami, de ceux qui l’avaient tout simplement aimé et vénéré. Par le présent hommage posthume, ils désirent honorer sa mémoire et exprimer leur gratitude pour ce qu’Ambroise Queffélec leur a transmis. Les deux volumes, semblables par leur présentation, correspondent aux deux grandes orientations thématiques des travaux de Jean-Marc Queffélec, le franҫais médiéval (Volume 1) et la francophonie africaine – celle du Maghreb et celle de l’Afrique subsaharienne (Volume 2, qu’il s’agit de présenter ici).

Les contributions à ce dernier volume s’inspirent largement des méthodes et modèles développés par Jean-Marc Queffélec lui-même. Son approche, souvent lexicologique ou lexicographique, a permis de donner une vision d’ensemble du vocabulaire caractéristique de plusieurs pays du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne. D’autres centres d’intérêt s’y sont ajoutés au cours de la dernière décennie, comme les phénomènes d’hybridation, surtout dans le langage des jeunes, et, d’une manière plus générale, les problématiques d’ordre sociolinguistique. Il s’avèrerait sans doute peu utile de dégager un dénominateur commun dans la vaste gamme d’objectifs linguistiques qui était la sienne ; mais on peut affirmer qu’homme de terrain, proche des réalités africaines de par sa biographie et par goût, il a toujours été extrêmement sensible à l’interpénétration des sphères socioculturelle (ou civilisationnelle) et linguistique dans son domaine de recherche. Dans cet esprit, les articles réunis ici cherchent à mettre en relief les besoins d’expression prévalant au sein de telle société africaine ainsi que l’impact de ces besoins sur les usages linguistiques, souvent différents d’un État (voire d’une région ou d’un groupe social) à l’autre ─ ce qui motive le recours au pluriel du nom franҫais dans le titre du livre. Les trois chapitres du volume déclinent les grandes sphères d’intérêt qu’imposent à la fois l’état de la recherche et les travaux de Jean-Marc Queffélec. Le 3e chapitre débute par la reproduction d’un de ses articles paru au Liban, publication qui revêt un grand intérêt linguistique car il évoque les conditions historiques et socioculturelles expliquant l’émergence de ← 10 | 11 → langues hybrides ─ or il s’agit là de la réponse qu’apportent les jeunes au défi du biculturalisme.

Nous tenons à exprimer notre gratitude à Janine Schwieres, qui a préparé le manuscrit avec compétence et efficacité.

Geneviève Goubier-Queffélec Peter Blumenthal

(Université d’Aix-Marseille) (Université de Cologne)← 11 | 12 →

← 12 | 13 → Publications d’Ambroise Jean-Marc Queffélec

I. Ouvrages

1978. Dictionnaire des particularités lexicales du français au Niger. Dakar : C.L.A.D., 396 pages.

1982. Inventaire des particularités lexicales du français au Mali. Nice : A.E.L.I.A-InALF (C.N.R.S.), 274 pages.

1983. Co-rédaction de l’Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire. Québec : A.U.P.E.L.F.-A.C.C.T., 551 pages. Ouvrage réédité en 1988, Paris : A.U.P.E.L.F.-EDICEF.

1984. Collaboration à F. Jouannet. Le Français au Rwanda, enquête lexicale. Paris : S.E.L.A.F., 284 pages.

1990. Le Français au Congo. Aix-en-Provence : A.E.L.I.A.-INALF (C.N.R.S.) - Université de Provence, 338 pages.

1990. En collaboration avec J.-G. Gouttebroze. Traduction de La vie de Saint Thomas Becket de Guernes de Pont-Sainte-Maxence. Paris : Champion, 179 pages.

1995. En collaboration avec R. Bellon. Linguistique médiévale. Paris : Colin (collection «U»), 584 pages.

1997. Le Français en Centrafrique. Lexique et société. Vanves : AUPELF-Hachette-EDICEF, 301 pages.

1997. En collaboration avec S. Lafage. « La Langue française en Afrique (Maghreb et Afrique subsaharienne) : Bibliographie scientifique », in : BOFCAN, 11, 187 pages.

1998. En collaboration avec B. Ould Zein. Le Français en Mauritanie. Paris : AUPELF-Hachette-EDICEF, 191 pages.

2000. En collaboration avec F. Benzakour, D. Gaadi. Le Français au Maroc. Lexique et contacts de langues. Louvain-la-Neuve : De Boeck-Duculot-AUPELF, 358 pages.

2002. En collaboration avec Y. Derradji, V. Debov, D. Smaali, Y. Cherrad-Bencheffra. Le français en Algérie. Lexique et dynamique des langues. Louvain-la-Neuve : De Boeck-Duculot-AUF, 589 pages.

← 13 | 14 → II. Organisation et édition scientifique de colloques et mélanges

1984. Organisation et édition en collaboration avec J. Accarie des Mélanges de langue et de littérature médiévales françaises en l’honneur du Professeur Alice Planche. Paris-Nice : Les Belles Lettres, deux volumes.

1985. Responsabilité éditoriale du numéro 5 «Langues médiévales» de la Revue Razo (Cahiers du Centre d’Études Médiévales de Nice), 135 pages.

1989. Organisation et édition en collaboration avec J. Nicolas des Actes du Colloque International de Nice «Ancien provençal, ancien ligurien, ancien français». Nice : Centre de Romanistique et de Latinité tardive, 300 pages.

1993. Organisation et édition en collaboration avec D. Latin et J. Tabi-Manga de l’Inventaire des usages de la francophonie : nomenclature et méthodologie (Actes des Premières Journées scientifiques du réseau A.U.P.E.L.F.-U.R.E.F. «Le français en francophonie»). Paris / Londres : J. Libbey Eurotext-A.U.P.E.L.F., 463 pages.

1995. Organisation et édition scientifique en collaboration avec F. Benzakour et Y. Cherrad de Le français au Maghreb (Actes du Colloque International d’Aix-en-Provence, Septembre 1994). Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, 275 pages.

1998. Édition scientifique de Francophonies, Recueil d’études offert en hommage à S. Lafage (Le français en Afrique, ROFCAN, 12), 338 pages. (compte-rendu de N. Gueunier. Le Français moderne, 2001, 69-2, 122-124)

2000. Organisation et édition scientifique en collaboration avec C. Dubois et J.-M. Kasbarian de L’expansion du français dans les Suds (XVe-XXe siècles). Hommages à D. Baggioni (Actes du colloque international d’Aix-en-Provence, Mai 1998). Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence.

III. Articles

1971. « Lari, lingala, monokutuba, esquisse de lexicologie comparée », Annales de l’Université de Brazzaville 7, 43-47.

1971. « La langue de Françoise dans A la Recherche du Temps perdu », Annales de l’Université de Brazzaville 7, 3-7.

1972. « Etude de la syntaxe du pronom personnel complément de l’infinitif dans le manuscrit V du Roman de Helcanus », Annales de l’Université de Brazzaville 8, 3-14.

← 14 | 15 → 1979. « Les gosses tu es comme, analyse linguistique », Recherche, Pédagogie et Culture 43, 52-54.

1980. « La langue française hors de France, bibliographie sélective et commentée », Bulletin de recherche sur l’enseignement du français 23, 70-74.

1980. « Représentation de la chasse chez les chroniqueurs anglo-normands du XIIe siècle », La chasse au moyen-âge, Actes du colloque de Nice (22-24 juin 1979). Nice : Les Belles-Lettres, 423-433.

1982. « Le pronom personnel régime des modes quasi-nominaux dans le Roman du Comte d’Artois », Razo 3, 101-112.

1982. « Pour une perspective étymologique et diachronique de l’Inventaire des particularités lexicales du français d’Afrique noire », Bulletin de l’Observatoire du français contemporain en Afrique noire 3, 93-103.

1984. « Les subordonnées d’exclusion en ancien français », Mélanges de langue et de littérature offerts à Alice Planche, Paris-Nice : Les Belles Lettres, 379-392.

1984. « Des énoncés traduisant l’imminence contrecarrée en ancien français », Mélanges Jean Larmat. Nice : Les Belles Lettres, 239-268.

Résumé des informations

Pages
286
Année
2015
ISBN (PDF)
9783653043556
ISBN (ePUB)
9783653992113
ISBN (MOBI)
9783653992106
ISBN (Broché)
9783631647288
DOI
10.3726/978-3-653-04355-6
Langue
Français
Date de parution
2015 (Mai)
Mots clés
francophonie langues mixtes francais africains
Published
Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien, 2015. 286 p., 1 ill. en couleurs

Notes biographiques

Peter Blumenthal (Éditeur de volume)

Peter Blumenthal est professeur de linguistique franҫaise à l’université de Cologne. Ses principaux domaines de recherche sont la linguistique de corpus, la sémantique, le figement et le franҫais en Afrique.

Précédent

Titre: Dynamique des franҫais africains : entre le culturel et le linguistique