Chargement...

Solidarité et Enseignement Catholique au Cameroun : L’implication des Parents

Approche Analytique et Enjeux Ethiques à la Lumière de l’Enseignement Social des Evêques du Cameroun de 1955 à 2005

de Stanislas Jean Abena Ahogni (Auteur)
Thèses 270 Pages

Résumé

« ‹Wa mbòk wa kar ki bed a yob›, autrement dit, ‹on ne saurait grimper sur un arbre avec un seul bras› » (Sagesse Béti/Cameroun, pour exprimer la notion de solidarité).
Prenant comme point de départ l’hypothèse que la notion de solidarité dans l’enseignement social de l’Eglise catholique connaît un réseau d’influences et d’héritages historiques, philosophiques, sociologiques et éthiques ; cette étude se propose de montrer en premier lieu, l’évolution du concept de solidarité né en France au XIXème siècle jusqu’à son usage dans les textes du Magistère. Cette recherche s’emploie en second lieu à faire comprendre le rôle incontournable que joue la solidarité dans l’action menée par les Parents d’élèves de l’enseignement catholique au Cameroun. Et ce, en vue du relèvement de l’école chrétienne qui, face à la forte demande de scolarisation, a subi au cours des dernières décennies, les coups de la crise économique, des changements socio-politiques et parfois la mauvaise foi de certains hauts responsables…
Ce livre s’adresse d'abord aux Educateurs, aux Professionnels du système éducatif, aux Hommes politiques et aux Parents. Il s’adresse ensuite à tous ceux qui s’intéressent à la condition des Enseignants, aux problèmes de la qualité de l’éducation et de la formation de la jeunesse en Afrique noire en général et au Cameroun en particulier.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • Sur l’auteur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matieres
  • Dédicace
  • Avant-propos
  • Sigles et abréviations
  • Introduction générale
  • Chapitre I: La solidarité qu’est-ce à dire ?
  • I. La solidarité : une pensée laïque à l’origine
  • I.1 Les fondements socialistes et sociologiques de la solidarité
  • I.1.1 Le philosophe socialiste Pierre LEROUX en 1840
  • I.1.1.1 Le combat contre les inégalités économiques et sociales
  • I.1.1.2 La solidarité comme spécificité
  • I.1.1.3 L’association : une organisation solidaire
  • I.1.1.4 Une critique de la charité chrétienne
  • I.1.2 Le philosophe Auguste COMTE en 1842
  • I.1.2.1 Le refus d’une société agrégat d’individus
  • I.1.2.2 La solidarité : une nouvelle conception de la société
  • I.2 Le développement d’une doctrine de la solidarité (1880–1901)
  • I.2.1 Le psychologue moraliste Henri MARION en 1880
  • I.2.2 Le sociologue Emile DURKHEIM en 1893
  • I.2.2.1 Le problème de la question sociale
  • I.2.2.2 La solidarité comme lien social
  • I.2.3 Le politicien Léon BOURGEOIS en 1895
  • I.2.3.1 De la solidarité-fait à la solidarité-devoir
  • I.2.3.2 La dette sociale : une limite à la liberté personnelle
  • I.2.3.3 Le quasi-contrat : l’équivalence de tous
  • I.2.3.4 Les résonnances historiques du solidarisme
  • I.2.4 Le juriste Léon DUGUIT 1901
  • I.2.4.1 L’ancrage du droit social dans la solidarité
  • I.2.4.2 Du débat avec Léon BOURGEOIS
  • I.3 La solidarité : fondement d’une morale laïque et scientifique
  • II. Les artisans du solidarisme chrétien
  • II.1 Le philosophe protestant suisse Charles SECRETAN en 1848
  • II.1.1 L’articulation de la solidarité avec la liberté
  • II.1.2 SECRETAN et le « christianisme social »
  • II.2 Le théologien jésuite allemand Heinrich PESCH en 1893
  • II.2.1 La solidarité est une application de la charité
  • II.2.2 Le rôle subsidiaire de l’Etat
  • II.3 La solidarité : exigence d’ordre éthique mettant en évidence la responsabilité morale
  • III. La solidarité selon Rainer Zoll
  • III.1 Qu’est-ce que la solidarité aujourd’hui ?
  • III.2 Le défi de la solidarité organique
  • Chapitre II: Contexte historique générale de l’Enseignement Catholique au Cameroun 1890–1960
  • I. L’ère missionnaire Pallottine (1890–1915)
  • I.1 La création de la première école catholique à Marienberg
  • I.2 La question des programmes scolaires
  • I.3 Einsiedeln: la première école secondaire catholique du Cameroun
  • I.4 L’œuvre d’implantation scolaire à Yaoundé
  • I.5 Evolution de l’école catholique allemande (1890–1913)
  • II. La période missionnaire française (1916–1960)
  • II.1 La naissance de l’enseignement du second degré dans le Cameroun français
  • II.2 Le problème de la scolarisation des jeunes Camerounaises
  • II.3 Statistiques des écoles catholiques en 1951
  • II.4 La question des subventions au Cameroun français
  • II.5 A qualification égale, salaire égal
  • II.6 Enseignement Catholique et mouvements nationalistes
  • III. La défense des écoles privées
  • III.1 Lettre de monsieur André-Marie MBIDA (Paris, 15-09-1954)
  • III.2 Echanges de lettres entre M. le Premier Ministre du Cameroun et « L’Effort Camerounais »
  • III.2.1 Lettre de M. Ahmadou AHIDJO, Premier Ministre chef du Gouvernement au Directeur du journal “L’Effort Camerounais”
  • III.2.2 Lettre du Directeur du journal de “L’Effort Camerounais” à M. Ahmadou AHIDJO, Premier Ministre chef du Gouvernement
  • IV. Qui donc a envoyé les missions ouvrir des écoles?
  • IV.1 La période primitive
  • IV.2 La colonisation allemande
  • IV.3 L’administration coloniale française primitive
  • IV.4 Les temps actuels
  • V. La question scolaire au Cameroun
  • V.1 Mimétisme ou conviction?
  • V.1.1 Injustice ou cécité?
  • V.1.2 Pourquoi cette injustice?
  • V.1.3 Soyons réalistes
  • V.2 Réflexion sur les écoles catholiques
  • Chapitre III: L’enseignement social des Evêques sur la question de l’éducation et ses contours (1955–2005)
  • I. Les lettres pastorales
  • I.1 Lettre pastorale de février 1958
  • I.2 Lettre pastorale de février 1959
  • I.3 Lettre pastorale de janvier 1989
  • II. Les assemblées et les séminaires
  • II.1 Assemblées plénières des Evêques
  • II.1.1 Statut de l’école catholique (1975)
  • II.1.2 L’école catholique ne doit pas mourir (1993)
  • II.2 Séminaires des Evêques
  • II.2.1 Treizième séminaire des Evêques (1988)
  • II.2.2 Quatorzième séminaire des Evêques (1989)
  • III. Les conseils permanents et les déclarations
  • III.1 Conseil permanent des Evêques
  • III.1.1 Conseil permanent de 1982
  • III.2.2 Conseil permanent de 1995
  • III.2 Déclarations des Evêques
  • III.2.1 Commission épiscopale enfance et jeunesse (1988)
  • III.2.2 Déclaration des Evêques sur l’Enseignement Catholique (1992)
  • IV. Résumé de la doctrine sociale de l’Eglise sur la notion de solidarité
  • IV.1 Signification et valeur
  • IV.2 La solidarité comme principe social et comme vertu morale
  • IV.3 Solidarité et croissance commune des hommes
  • V. Résumé des textes du Magistère sur la subjectivité sociale des parents
  • V.1 Le devoir d’éducation
  • V.2 La possibilité d’un choix réel de l’école
  • Chapitre IV: Pour l’éducation et pour l’école : la solidarité des parents en action
  • I. Etat des lieux
  • I.1 Situation prévalante
  • I.2 La naissance de l’ONAPEEC
  • II. L’organisation statutaire
  • II.1 Dispositions générales
  • II.2 Etendue et domaine d’application
  • II.3 Les membres
  • II.4 Organisation administrative et fonctionnement
  • II.5 De l’assemblée générale nationale
  • II.6 Rôles et composition des différents comités
  • II.7 Les finances
  • III. L’œuvre de l’ONAPEEC
  • III.1 Les assemblées générales et les séminaires de formation
  • III.1.1 Partenariat école-famille
  • III.1.2 Le parent d’élève et la discipline à l’école catholique
  • III.1.3 Parents et catholicité de l’école dans un milieu sécularisé
  • III.1.4 L’école catholique au service de la justice et de la paix
  • III.1.5 L’apport des parents dans la formation du citoyen responsable
  • III.2 Le financement
  • III.2.1 L’état des données dans l’Enseignement Catholique
  • III.2.2 Les problèmes financiers
  • III.2.3 Les ressources des établissements
  • III.2.4 La subvention de l’Etat
  • III.2.5 Les associations de parents d’élèves
  • III.2.6 Les circuits financiers et leurs acteurs
  • III.3 Les activités des comités diocésains
  • III.3.1 Les réalisations
  • III.3.2 Les difficultés
  • III.3.3 Suggestions et perspectives
  • III.4 Rapport d’activités du BEN de l’ONAPEEC (2005–2011)
  • III.4.1 Les actions fortes
  • III.4.2 Sur le plan du fonctionnement général
  • III.4.3 Difficultés et propositions
  • III.5 Implication des parents dans les activités pédagogiques
  • III.5.1 Un intérêt fort pour les parents d’élèves
  • III.5.2 De la participation à la vie scolaire
  • III.5.3 Les circonstances du dialogue direct
  • III.6 Les résultats aux examens officiels
  • III.6.1 Des résultats spectaculaires avant 1985
  • III.6.2 Une situation de crise
  • III.6.3 L’excellence recouvrée
  • Chapitre V: Approche analytique et enjeux éthiques: relecture de la doctrine sociale des Evêques sur la question
  • I. Pour la cause de L’Evangile
  • I.1 Une bonne nouvelle à proclamer
  • I.2 Le droit à l’éducation
  • II. Des valeurs à promouvoir
  • II.1 Le bien commun
  • II.2 La conscience morale
  • III. Développement intégral de l’homme
  • III.1 Du bien-être pour tous
  • III.2 S’engager dans la solidarité
  • IV. Essai de suggestions sur l’Enseignement Catholique
  • IV.1 Principes de solutions
  • IV.1.1 Raison d’être de l’Enseignement Catholique
  • IV.1.2 Responsabilités de l’Etat
  • IV.1.3 Principes d’action dans une situation de crise
  • IV.2 Dénouements à envisager
  • IV.2.1 Mobilisation de ressources financières
  • IV.2.2 Participation financière de l’Etat
  • IV.3 Un statut des enseignants du privé catholique
  • IV.4 La formation des enseignants
  • IV.5 Les parents un partenaire important à soutenir
  • Conclusion générale
  • Bibliographie
  • Annexes

← 12 | 13 →

Dédicace

A toi regretté cher Papa Justin ABENA qui, le premier, m’as tenu à la main pour l’Eglise et m’as donné le goût de l’Ecole,

A toi chère Maman Geneviève NDEME qui guidas mes premiers pas dans la communauté des hommes,

A toi regretté cher Oncle Abbé Gustave MESSI, premier père du Foyer de charité

« l’Horeb» du diocèse de Mbalmayo,

Je dédie ce travail. ← 13 | 14 →

← 14 | 15 →

Avant-propos

Le présent travail a été présenté et accepté comme thèse de Doctorat en Théologie (Sciences Sociales) à la Faculté de théologie catholique de l’Université de Würzburg, en Allemagne, en Novembre 2015. Toute œuvre humaine digne de ce nom ne se réalise que par la volonté divine. Elle est aussi le fruit de la conjugaison d’une multitude de «Solidarités» : « Wa mbòk wa kar ki bed a yob, autrement dit, on ne saurait grimper sur un arbre avec un seul bras » (Sagesse Béti/Cameroun). Aussi est-il pour nous d’une impérieuse nécessité d’exprimer ici, et ce de tout cœur, notre infinie reconnaissance d’abord au DIEU Tout-Puissant qui a tout permis, puis à toutes celles et à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, se sont investis sans compter pour nous aider à conduire à terme cette modeste recherche.

A S.E. Mgr Adalbert NDZANA, Evêque du diocèse de Mbalmayo, qui nous a confié cette mission d’études pour le bien du peuple de Dieu, nous disons toute notre gratitude en même temps que nous lui renouvelons notre attachement filial. C’est ici la meilleure occasion pour nous, de manifester toute notre reconnaissance au diocèse de Fulda avec son Evêque S.E. Mgr Heinz Josef ALGERMISSEN, qui nous a accueilli en terre germanique et qui a financé nos études de langue allemande; mais plus encore au diocèse de Würzburg et son Ordinaire S.E. Mgr Friedhelm HOFMANN, qui a tout pris en charge lors de notre séjour académique en Bavière. Merci !

De manière toute spéciale, nous tenons à exprimer notre gratitude à notre Professeur DDr. Gerhard DROESSER qui, nonobstant ses nombreuses charges, a bien voulu diriger ce travail dans la compréhension et la disponibilité la plus totale. En lui nous avons reconnu un encadreur à la fois simple, dévoué et compétent dont les sages conseils nous ont toujours été d’un précieux apport. Nos sentiments de reconnaissance s’adressent également, par le biais du Professeur Dr. Richard NEBEL deuxième lecteur de notre recherche et, du Dr. Frédéric FUNGULA assistant de notre directeur de thèse, aux autres Enseignants de l’Université de Würzburg qui, grâce à leur esprit de collaboration, nous ont apporté leur science et leur expérience.

Dans ce concert de remerciements, nous ne pourrions oublier nos amis : le Père Markus GÜNTHER et ses communautés de Groβenlüder et de ← 15 | 16 → Gelnhausen dans le diocèse de Fulda ; le Père Paul-Maria KLUG et les Franciscains Minorites (OFM), puis les Chrétiens de la «Pfarreiengemeinschaft Unter der Homburg» du diocèse de Würzburg pour leur générosité indescriptible durant nos études.

A travers les Abbés Antoine ESSOMBA, Jean-Bertrand SALLA, Emmanuel LEMANA, Thomas Bienvenu TCHOUNGUI et André NDONGO, nous disons un vibrant merci à tous nos confrères et amis enseignants de l’Université Catholique de Yaoundé, pour leurs conseils et leurs encouragements. Notre ingratitude serait grande si nous ne remercions pas à cet endroit l’Abbé Philippe MBARGA pour les multiples contacts initiés quant à notre insertion en Allemagne. Un merci particulier aux Abbés Joseph NDI OKALLA et Gabriel AKOA pour nous avoir doté de leurs nouveaux ouvrages qui ont été exploités à fond dans cette recherche. A ce niveau également, Madame Yvette MEYE, les Sieurs Thomas TSOUNGUI et Polycarpe ENYEGUE trouveront notre reconnaissance pour la documentation offerte. Merci au SENECA à Yaoundé et au SEDUC de Mbalmayo avec tout leur personnel, pour leur disponibilité à avoir répondu à nos sollicitations.

Nul n’étant bon juge à sa propre cause, Mesdames Alice ATANGANA MESSOLO et Pierrette NDZIE ont bien voulu accepter la rude épreuve de relire ce travail pour le vider de ses imperfections formelles, pendant que Frau Olivia MÜLLER aura été notre conseillère en saisie informatique. A toutes nous disons Merci !

Nous ne saurions terminer cet Avant-propos sans penser à deux familles amies œuvrant à chaque instant pour notre réussite, et qui nous resteront éternellement chères : nous avons nommé Monsieur et Madame Gervais MENDO ZE ainsi que Monsieur et Madame René BEKOLO. Que le Seigneur le leur revaille au centuple.

Notre séjour en Europe n’aurait été aussi agréable malgré tout, sans la présence des amis et confrères étudiants : les Abbés Michel-Marc MVOMO, Martin ONDOA, Jean-Parfait NTSAMA, Marcellin ZANG, Kisito ESSOMBA, Yves ETOGA, Jean ETOUNDI, Edouard AKOM, mais surtout l’infatigable Gaston BINDELE. Qu’ils trouvent ici l’expression de notre gratitude. ← 16 | 17 →

A tous nos frères et sœurs du Cameroun, du Canada, de France, de Suisse, à tous nos oncles et tantes, au peuple de Dieu qui est à Yenessi ; à toutes les Religieuses, Amis et Bienfaiteurs qui ont apporté leur pierre dans la construction de cet «édifice» et dont nous n’avons pas pu citer les noms ici, nous disons de tout cœur : MERCI ! ← 17 | 18 →

← 18 | 19 →

Sigles et abréviations

Résumé des informations

Pages
270
ISBN (PDF)
9783631699973
ISBN (ePUB)
9783631699980
ISBN (MOBI)
9783631699997
ISBN (Relié)
9783631699966
Langue
Français
Date de parution
2016 (Novembre)
mots-clé
Ethique sociale Enseignement catholique ONAPEEC Solidarisme
Published
Frankfurt am Main, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Warsaw, Wien, 2016. 270 p.

Notes biographiques

Stanislas Jean Abena Ahogni (Auteur)

Stanislas Jean Abena Ahogni est formé au Grand Séminaire de Nkolbisson et à l’Université Catholique d’Afrique Centrale à Yaoundé où il obtient un DEA en Théologie (Œcuménisme). Après quelques années passées comme Aumônier des lycées et collèges, Vicaire, Curé a. i., Directeur spirituel au Petit séminaire, Secrétaire à l’éducation de son diocèse, il part aux études à Würzburg où il obtient un doctorat en sciences sociales.

Précédent

Titre: Solidarité et Enseignement Catholique au Cameroun : L’implication des Parents