Chargement...

Les modernes d’Egypte

Une renaissance transnationale des Beaux-Arts et des Arts appliqués

de Nadia Radwan (Auteur)
Thèses postdoctorales 378 Pages
Open Access

Résumé

Cet ouvrage explore un moment clef du développement de l’art moderne égyptien, lorsque sont définis les fondements d’une nouvelle pratique artistique au début du 20ème siècle. Basé sur un important travail de terrain mené en Egypte et sur des documents d’archives jusqu’ici inexplorés, il se centre sur une génération de peintres et de sculpteurs appelés les pionniers (al-ruwwad). Formés dans des institutions telles que l’Ecole des Beaux-Arts du Caire, leur production s’inscrit dans un mouvement de renaissance artistique et reflète les multiples interactions transculturelles entre l’Egypte et l’Europe. Cette étude offre ainsi un regard nouveau sur ces artistes qui ont posé les jalons du modernisme égyptien et met en lumière une production jusqu’ici peu étudiée. Tandis que l’on aborde aujourd’hui l’histoire de l’art dans une perspective globale à la lumière de circulations, d’échanges et de réseaux, elle offre un point d’ancrage permettant de mieux appréhender les dynamiques et les enjeux actuels de l’art contemporain au Moyen-Orient.
In this book, Nadia Radwan explores a key moment of the development of modern Egyptian art, when the foundations of a new artistic practice are defined in the early 20th century. Based on field work and unexplored archival material, this work focuses on a generation of painters and sculptors commonly referred to as the pioneers (al-ruwwad). Trained in institutions, such as the School of Fine Arts in Cairo, their production is inscribed in a project of artistic renaissance and reflects multiple transcultural interactions between Egypt and Europe. This publication thus re-evaluates these artists that opened the path to Egyptian modernism and sheds light their yet understudied production. While art history is now approached in the perspective of circulations, exchange and networks, this book offers a background to a better comprehend the dynamics and stakes of contemporary art in the Middle East and intends to contribute to the cartographic constellation of a world art history.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos de l’auteur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Note sur la translittération
  • Liste des illustrations
  • Avant-propos
  • Préface
  • Remerciements
  • Introduction
  • 1. Les pionniers et la nahda
  • 2. Des histoires de l’art moderne égyptien
  • 3. Note sur les sources
  • Chapitre 1. Fragments d’une protohistoire
  • 1. Souverains orientaux et artistes européens
  • 2. L’Egypte et « sa poussière séculaire » aux expositions universelles
  • 3. Les salons d’art orientaliste à l’Opéra khédivial
  • 4. L’enseignement des Arts appliqués
  • Chapitre 2. La renaissance des Beaux-Arts
  • 1. L’Ecole des Beaux-Arts du Caire : un projet expérimental
  • 2. Comment faire revivre l’art arabe ?
  • 3. Les Beaux-Arts comme instrument du progrès
  • Chapitre 3. Les missions scolaires : un dialogue transculturel entre l’Egypte et l’Europe
  • 1. Mahmoud Moukhtar, moderne parisien
  • 2. Le trio de Rome : Ragheb Ayad, Youssef Kamel et Mohamed Hassan
  • 3. Entre l’art, le droit et la diplomatie : Mohamed Naghi et Mahmoud Saïd
  • 4. Les artistes-pédagogues en Grande-Bretagne : Habib Gorgui
  • Chapitre 4. Collectionneurs, mécènes et salons
  • 1. Mohamed Mahmoud Khalil et la Société des Amis de l’Art
  • 2. Le rôle précurseur des « Dames égyptiennes »
  • 3. La Chimère cosmopolite
  • 4. Un Montparnasse cairote : la Maison des Arts
  • Chapitre 5. De l’atelier à l’espace public : peindre et sculpter la nation
  • 1. Le Réveil de l’Egypte
  • 2. Le pharaonisme comme renouveau artistique
  • 3. Mohamed Naghi, peintre d’histoire
  • 4. Art et ruralité : Le statu quo du fellah
  • Chapitre 6. La résurgence des arts « mineurs »
  • 1. Existe-t-il un art populaire en Egypte ?
  • 2. Hamed Saïd et le groupe des Amis de l’Art et de la Vie
  • 3. Les villages artisanaux de Hassan Fathy et Ramsès Wissa Wassef
  • Chapitre 7. Le tournant de 1937 : la reconnaissance des pionniers et l’émergence des avant-gardes
  • 1. L’Egypte à Paris et Venise
  • 2. Les manifestes de l’indépendance
  • Conclusion
  • Bibliographie
  • Sources
  • Littérature secondaire
  • Notices biographiques
  • Index des noms
  • Titres de la collection

Note sur la translittération

Afin de faciliter la lecture du texte, les mots et les titres d’ouvrages en arabe ont été translittérés selon une version simplifiée des règles en vigueur dans les ouvrages scientifiques. Il n’a pas été fait usage des signes diacritiques ni de la distinction des voyelles longues et brèves. Les noms propres d’origine arabe ont été transcrits conformément à leur acceptation française et les noms et prénoms d’artistes sont fidèles à leurs signatures usuelles en lettres latines. ← 11 | 12 ← 12 | 13 →

Liste des illustrations

Chapitre 1

Fig. 1.1 : David Roberts, Interview with the Viceroy of Egypt at his Palace in Alexandria, lithographie de Louis Hague, 12 mai 1839. © Victoria and Albert Museum, Londres

Fig. 1.2 : Charles Cordier, Monument équestre à Ibrahim Pacha, bronze, 1872, place de l’Opéra, Le Caire. © Nadia Radwan

Fig. 1.3 : Alfred Jacquemart, Monument à Joseph Anthelme Sève dit Suleiman Pacha, bronze, 1874, Musée militaire du Caire. © Nadia Radwan

Fig. 1.4 : La Rue du Caire, Exposition universelle, Paris, 1889. Source : Delort de Gléon, L’Architecture arabe des khalifes d’Egypte à l’Exposition universelle de Paris en 1889, Paris : E. Plon, Nourrit et Cie, 1889. © Bibliothèque nationale de France

Fig. 1.5 : Photographie de l’atelier de sculpture sur bois de l’Ecole des Arts appliqués du Caire, 1938, source : Images, n° spécial publié à l’occasion du cinquantenaire de la maison al-Hilal, 1938. © Centre d’études alexandrines

Fig. 1.6 : Mohamed Hassan, Portrait de John Ednie (directeur de l’Ecole des Arts appliqués de Gizeh), huile sur toile, 1932. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Chapitre 2

Fig. 2.1 : Portrait photographique du prince Youssef Kamal, c. années 1920. Source : Faculty of Fine Arts Cairo : Hundred Years of Creativity 1908–2008, catalogue publié à l’occasion du centenaire de l’Ecole des Beaux-Arts du Caire, Le Caire, Farsi Foundation for Arts and Culture, 2008 ← 13 | 14

Fig. 2.2 : Portrait photographique de Paolo Forcella, directeur de la section de Dessin et de Peinture à l’Ecole des Beaux-Arts du Caire, c. 1920. Archives Eimad Abou Ghazi

Fig. 2.3 : Page de couverture de la revue Majallat al-funun al-jamila wa al-taswir al-shamsi (Revue des Beaux-Arts et de la photographie), n° 1, 13 mai 1913. Bibliothèque nationale (Dar al-Kutub), Le Caire

Fig. 2.4 : Travaux des diplômés des sections d’Architecture et de Sculpture de l’Ecole des Beaux-Arts du Caire exposés à l’Automobile Club en 1911. Archives Eimad Abou Ghazi

Fig. 2.5 : Mahmoud Moukhtar, Ibn al-Balad (Le fils du peuple), bronze, 25.5 × 27 × 57.5 cm, 1910. Musée Mahmoud Moukhtar, Le Caire

Chapitre 3

Fig. 3.1 : Portrait photographique de Mahmoud Moukhtar, c. 1910. Source : Badr el-Din Abou Ghazi et Gabriel Boctor, Mouktar ou le Réveil de l’Egypte, Le Caire, H. Urwand et Fils, 1949. © Nadia Radwan

Fig. 3.2 : Photographie de Mahmoud Moukhtar dans son atelier à Paris, c. 1913–1914. Archives Eimad Abou Ghazi

Fig. 3.3 : Mahmoud Moukhtar, Mendiant et son fils, bronze, 32 × 32 × 55 cm, 1911. Musée Mahmoud Moukhtar, Le Caire

Fig. 3.4 : Mahmoud Moukhtar, La fiancée du Nil, pierre de grès, 50 × 60 × 148 cm, 1929. Musée Mahmoud Moukhtar, Le Caire

Fig. 3.5 : Ragheb Ayad, Le marché du village, huile sur toile, 5 × 140 cm, 1938. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Fig. 3.6 : Ragheb Ayad, Café à Assouan, 60.5 × 69 cm, 1933. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Fig. 3.7 : Mohamed Hassan, L’atelier, encre et aquarelle sur papier, 44 × 58 cm, 1926. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire ← 14 | 15

Fig. 3.8 : Ahmed Sabry dans son atelier au Caire, c. années 1930. Source : Rida et Al-Razaz, Ahmed Sabry, Le Caire, Ministère de la Culture, non daté

Fig. 3.9 : Ahmed Sabry, Portrait de Tawfiq al-Hakim, huile sur bois, 39 × 32 cm, 1937. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Fig. 3.10 : Mohamed Naghi, Paysanne sur sa gamouse (bufflesse), huile sur bois, 79 × 58 cm, 1944. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Fig. 3.11 : Mohamed Naghi, Cérémonie religieuse en Abyssinie, huile sur toile, 79 × 151 cm, 1932. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Fig. 3.12 : Mahmoud Saïd, Bint al-Balad (La fille du peuple), huile sur bois, 70 × 56 cm, 1943. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Fig. 3.13 : Sayeda Missak (Ecole de Habib Gorgui), Femme assise, c. années 1940, bronze d’après modelage en terre. Centre d’art de Harraniya. © Nadia Radwan

Fig. 3.14 : Hussein Youssef Amin, Danseuse nubienne et joueur de nayy, huile sur toile, 61 × 69 cm, 1939, collection privée. © Galerie Al-Masar, Le Caire

Chapitre 4

Fig. 4.1 : Portraits photographiques de Mohamed Mahmoud Khalil et Emilienne Luce Khalil, c. années 1920. Fonds photographique du Musée Mohamed Mahmoud Khalil, Le Caire

Fig. 4.2 : Alexandre Saroukhan, Mohamed Mahmoud Khalil, encre et aquarelle, non daté. Musée Mohamed Mahmoud Khalil, Le Caire

Fig. 4.3 : Mohamed Hassan, Les trois cavaliers, bronze, 42 × 49.5 × 34 cm, 1940. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire ← 15 | 16

Fig. 4.4 : Vue extérieure du Musée Mohamed Mahmoud Khalil. © Nadia Radwan

Fig. 4.5 : Portrait photographique de Hoda Charaoui, c. 1926, Abes Paris. Source : L’Egyptienne, octobre 1926

Fig. 4.6 : Page de couverture de L’Egyptienne, 1er octobre 1925

Fig. 4.7 : Les céramiques de l’Ecole de Rod al-Farag, c. 1926. Source : L’Egyptienne, octobre 1926

Fig. 4.8 : Mahmoud Moukhtar, Puiseuse d’eau, pierre de grès, 14 × 36 × 38 cm, 1929. Musée Mahmoud Moukhtar, Le Caire

Fig. 4.9 : L’exposition de Mahmoud Moukhtar chez Bernheim Jeune à Paris, mars 1930. Archives Eimad Abou Ghazi

Fig. 4.10 : Amy Nimr, Femme nubienne, encre sur papier, 1931. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Fig. 4.11 : Emblème du groupe de La Chimère, en-tête de papier à lettres (détail), 1927. Archives Eimad Abou Ghazi

Fig. 4.12 : Roger Bréval, Courtisanes égyptiennes, sanguine, 1929, tiré de Vingt dessins de Roger Bréval pour illustrer la chanson de Bilitis, Le Caire, Les Argonautes, 1930. © Nadia Radwan

Fig. 4.13 : Roger Bréval, La récolte du blé, huile sur toile, 1926. Musée agricole du Caire

Fig. 4.14 : Mohamed Naghi, Portrait de Juliette Adam, huile sur toile, 1922–23. Source : Naghi et al., Mohamed Naghi (1888–1956) : un impressionniste égyptien, Le Caire, Les Cahiers de Chabramant, 1988

Fig. 4.15 : Charles Boeglin, Autoportrait, c. années 1920. Source : L’Egypte Nouvelle, 20 décembre 1924. Rare Books and Special Collection Library, The American University in Cairo

Fig. 4.16 : Roger Bréval, Page de couverture de L’Egypte Nouvelle, 1922. Rare Books and Special Collection Library, The American University in Cairo ← 16 | 17

Fig. 4.17 : Juan Sintès, caricatures de la rubrique « Les hommes du jour », publiées dans L’Egypte Nouvelle, 1923. Rare Books and Special Collection Library, The American University in Cairo

Fig. 4.18 : Caricatures des membres de La Chimère. En haut à gauche : Camillo Innocenti par Mahmoud Saïd. En haut à droite : Roger Bréval par Camillo innocenti. En bas à gauche : Mahmoud Saïd par Roger Bréval. En bas à droite : Jacques Hardy (architecte) par Mahmoud Moukhtar. Au centre : Mahmoud Moukhtar par Camillo Innocenti, Archives Eimad Abou Ghazi

Fig. 4.19 : La Maison des Arts (Beit al-Fann) ou Manzil Ali Effendi Labib. © Nadia Radwan

Fig. 4.20 : Pierre Beppi-Martin, Portrait d’un Nubien, pastel sur papier, non daté. Collection Abdel Ghafar Shedid

Fig. 4.21 : Sanad Basta, Africaine, huile sur toile, 40 × 60 cm, 1934. Collection Samir Basta

Chapitre 5

Fig. 5.1 : Léopold Savine, Monument à Moustafa Kamel, c. 1912–14, place Moustafa Kamel, Le Caire. © Nadia Radwan

Fig. 5.2 : Mahmoud Moukhtar supervisant l’achèvement du Réveil de l’Egypte, c. 1927. Archives Eimad Abou Ghazi

Fig. 5.3 : Le Réveil de l’Egypte de Mahmoud Moukhtar sur la place de Bab al-Hadid, c. 1929. Photographie de Lehnert et Landrock. © Nadia Radwan

Fig. 5.4 : Mahmoud Moukhtar, Maquette du Réveil de l’Egypte exécutée à Paris, c. 1920. Archives Eimad Abou Ghazi

Fig. 5.5 : Le Réveil de l’Egypte sur la place de l’Université du Caire en 2011. © Nadia Radwan

Fig. 5.6 : Le Monument à Saad Zaghloul de Mahmoud Moukhtar avant d’être érigé à Alexandrie, c. 1933. Archives Eimad Abou Ghazi ← 17 | 18

Fig. 5.7 : Mahmoud Saïd, Invitation au voyage, huile sur toile, 1932, collection privée. Source : Henri el-Kayem, Mahmoud Saïd, Mulhouse ; Paris, Lyon, H. Urwand et fils, 1951

Fig. 5.8 : Ragheb Ayad, Travail aux champs, huile sur bois, 154 × 58 cm, 1958. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Fig. 5.9 : Mohamed Naghi, La Renaissance de l’Egypte ou Le Cortège d’Isis, panneau décoratif, 1923, Chambre du Sénat, Parlement égyptien, Le Caire. © Nadia Radwan

Fig. 5.10 : Vue intérieure de la Chambre du Sénat, Parlement égyptien, Le Caire. © Nadia Radwan

Fig. 5.11 : Mohamed Naghi, L’Ecole d’Alexandrie, huile sur toile, 7 × 3 m, 1952. Source : Naghi et al., Mohamed Naghi (1888–1956) : un impressionniste égyptien, Le Caire, Les Cahiers de Chabramant, 1988

Fig. 5.12 : Ali Kamel al-Dib, Agriculture, huile sur toile, 81.5 × 120 cm, 1937. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Fig. 5.13 : Mohamed Naghi, Le village, huile sur toile, 1928. Musée des Beaux-Arts d’Alexandrie

Fig. 5.14 : Mahmoud Saïd, Les chadoufs, huile sur panneau, 89.5 × 116.7 cm, 1934, collection privée. © Mathaf : Arab Museum of Modern Art, Doha

Fig. 5.15 : Vue extérieure du Musée agricole du Caire. © Dimitri Montanini

Fig. 5.16 : Le Café du village, diorama du Musée agricole du Caire, décors peints par Ali al-Ahwani. © Dimitri Montanini

Fig. 5.17 : Le tisserand, diorama du Musée agricole du Caire. © Dimitri Montanini

Fig. 5.18 : Youssef Kamel, Retour des champs, huile sur toile, 1936. Musée agricole du Caire ← 18 | 19

Chapitre 6

Fig. 6.1 : Figurines sculptées par la princesse Samiha Hussein pour le Musée ethnographique. Source : Images, n° spécial publié à l’occasion du cinquantenaire de la maison al-Hilal, 1938. © Centre d’études alexandrines

Fig. 6.2 : Ragheb Ayad, Danse nubienne, huile sur toile, 62 × 70 cm, 1937. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Fig. 6.3 : Mahmoud Saïd, Prière, huile sur panneau, 58 × 79 cm, 1934. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Fig. 6.4 : Ragheb Ayad, Entrée du monastère al-Saryan, huile sur panneau, 66 × 50.5 cm, 1963. Musée d’Art moderne égyptien, Le Caire

Fig. 6.5 : Mahmoud Moukhtar, Tête d’Africaine, bronze, 26 × 26 × 45 cm, 1910. Musée Mahmoud Moukhtar, Le Caire

Fig. 6.6 : Maison Hamed Saïd, Hassan Fathy, arch., c. 1942, al-Marg. Archives Hassan Fathy, Rare Books and Special Collection Library, The American University in Cairo

Fig. 6.7 : Sayed Mahmoud, Cactus au clair de lune, tissage de laine, 2.28 × 1.25 m, c. années 1950. Musée de tapisseries du Centre d’Art de Harraniya

Fig. 6.8 : Vue du village de potiers de Garagos, Hassan Fathy, arch. © Nadia Radwan

Fig. 6.9 : L’atelier d’un moine-potier de Garagos, Hassan Fathy, arch. © Nadia Radwan

Fig. 6.10 : Saïd el-Sadr, Vase, terre cuite émaillée, non daté. Musée agricole du Caire

Chapitre 7

Fig. 7.1 : Mohamed Hassan, Dictature des Beaux-Arts, 1939. Source : al-‘Imara, vol. 1, n° 7–8, 1939 ← 19 | 20

Fig. 7.2 : Vue du Pavillon d’Egypte de l’Exposition des arts et techniques de la vie moderne, Roger Lardat, arch., 1937. Archives photographiques du Musée Mohamed Mahmoud Khalil, Le Caire

Fig. 7.3 : La visite officielle de la reine Nazli au Pavillon d’Egypte (à sa gauche, Mohamed Mahmoud Khalil), 19 juin 1937. Archives photographiques du Musée Mohamed Mahmoud Khalil, Le Caire

Résumé des informations

Pages
378
ISBN (PDF)
9783034327022
ISBN (ePUB)
9783034327039
ISBN (MOBI)
9783034327046
ISBN (Broché)
9783034321334
Open Access
CC-BY-NC-ND
Langue
Français
Date de parution
2017 (Octobre)
mots-clé
Art moderne Egypte Renaissance Nahda Beaux-Arts Arts appliqués Ecole des Beaux-Arts du Caire Mahmoud Moukhtar Ragheb Ayad Mohamed Naghi Mahmoud Saïd
Published
Bern, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2017. 376 p., 45 ill. en couleurs, 45 ill. n/b

Notes biographiques

Nadia Radwan (Auteur)

Nadia Radwan est historienne de l’art et enseigne à l’Université de Berne, où elle occupe la chaire de World Art History. Dans la même institution, elle dirige le programme doctoral Global Studies – Walter Benjamin Kolleg. Ses recherches portent sur les arts visuels modernes au Moyen-Orient et les pratiques muséales dans une perspective globale. Elle est l’auteure de nombreux articles sur l’art et l’architecture modernes en Egypte. Nadia Radwan is an art historian and teaches at the University of Bern, Switzerland, in the department of World Art History. She is the director of the Ph.D. Program Global Studies – Walter Benjamin Kolleg - in the same institution. Her research focuses on modern visual arts in the Middle East and curatorial practices in a global perspective. She is the author of several articles on Egyptian modern art and architecture.

Précédent

Titre: Les modernes d’Egypte