Chargement...

1866, une querelle d'Allemands?

Perceptions croisées et mémoire(s) d’un moment clé de l’histoire européenne

de Jean-Noël Grandhomme (Éditeur de volume)
Collections 410 Pages
Série: Convergences, Volume 91

Résumé

De juin à août 1866, une guerre fratricide (Deutscher Krieg ou Deutscher Bruderkrieg) oppose l’Empire d’Autriche, suivi par la plus grande partie de la Confédération germanique, au royaume de Prusse, allié à une quinzaine de petits États allemands et au royaume d’Italie. Étape décisive de l’unification de l’Allemagne, parachevée par la guerre contre la France en 1870, le conflit de 1866 est lourd de conséquences pour la suite de l’histoire européenne. On le présente souvent comme le triomphe d’une Allemagne protestante marquée par le militarisme et l’autoritarisme d’une Prusse agressive et expansionniste sur une germanité méridionale catholique, censée davantage cultiver le goût des arts que celui des armes. Cette vision simpliste a cependant fait l’objet de multiples révisions. En même temps, ce conflit forme une partie intégrante du processus d’unification de l’Italie.
Après avoir retracé les faits, sans doute pour la première fois de manière aussi détaillée en français, cet ouvrage s’intéresse à la perception des événements par les puissances européennes, mais aussi par les acteurs et spectateurs locaux, ainsi qu’à ses multiples conséquences proches ou lointaines, abordant finalement la mémoire de cette guerre.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos du directeur de la publication
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Introduction (Jean-Noël Grandhomme)
  • Partie I : La guerre austro-italo-allemande dans le contexte de l’année 1866
  • 1. La Prusse et la guerre contre l’Autriche en 1866 pour la domination de l’Allemagne (Benoît Lemay)
  • 2. 1866 : l’année du destin pour l’Europe ? (Stéphanie Burgaud)
  • 3. L’atout de la Prusse : l’industrialisation (Michel Hau)
  • 4. Florence au milieu des années 1860. La mise en état de défense d’une jeune capitale (Nicolas Guillaume)
  • 5. 1866-1871 et les avatars d’un thème politique. Le « prince étranger » en Roumanie (Florin Ţurcanu)
  • Partie II : Les peuples d’Autriche et la guerre de 1866
  • 1. La Mémoire de la guerre austro-italienne de 1866 en Autriche (Gabriele B. Clemens)
  • 2. Les Saxons de Transylvanie entre Autriche et Allemagne, quelle germanité ? (Catherine Roth)
  • 3. Le Compromis austro-hongrois (Jean-Paul Bled)
  • 4. La Guerre de 1866 dans l’histoire de la Bohême orientale. Des faits à la mémoire régionale (Ségolène Plyer)
  • 5. « Il s’est passé quelque chose de grand sous nos yeux ». La guerre de 1866 et les Polonais de Galicie (Damian Szymcza)
  • 6. Splendeurs et misères d’un lieu de mémoire. Les Croates et la bataille de Vis (1866) (Edi Miloš)
  • Partie III :Mémoires de 1866 dans l’espace allemand
  • 1. La guerre de 1866 : plus qu’une question nationale. Points de vue catholiques en Allemagne (Philippe Alexandre)
  • 2. La Grande Pologne et la guerre de 1866 (Rafał Dobek)
  • 3. La Mémoire de la guerre austro-prussienne de 1866 en Bavière (Felix Schulz)
  • 4. „Nord gegen Süd“ – Der deutsche Krieg von 1866 in einer Ausstellung des bayerischen Armeemuseums ? (Daniel Hohrath)
  • 5. Le Centenaire de Sadowa. La mémoire et l’histoire des guerres d’unification en République fédérale d’Allemagne dans les années 1960 (Mathieu Dubois)
  • Partie IV : Mémoires de traverse
  • 1. La Mémoire de la bataille de Custoza en Italie (Hubert Heyriès)
  • 2. The “Crisis of Luxembourg”. History and Memory of 1867 (Marie-Paule Jungblut / Sonja Kmec)
  • Partie V : Les Français et la guerre de 1866
  • 1. Napoléon III, l’Allemagne et l’Europe en 1866 (Éric Anceau)
  • 2. La Puissance allemande dans la géographie militaire française à la fin du XIXe siècle (Philippe Boulanger)
  • 3. La « querelle d’Allemands » vue par les Français. Les leçons tirées de Sadowa par les militaires en France (1866-1921) (François Cochet)
  • 4. La Guerre de 1866 dans l’imagerie d’Épinal (Philippe Alexandre)
  • 5. Les Célébrations du centenaire du rattachement de la Lorraine à la France à Nancy et à Lunéville en 1866 : l’impératrice Eugénie en Lorraine (Raphaëlle Py)
  • 6. La Guerre de 1866 vue par les Français à travers la presse (Le Temps et Le Siècle) (Simon Petitot / Jean-Marc Charlet)
  • Conclusions (Laurent Jalabert)
  • Bibliographie générale
  • Liste des auteurs
  • Titres de la collection

1866, une querelle
d'AllemAnds ?

PercePtions croisées
et mémoire(s) d’un moment clé
de l’histoire euroPéenne

Jean-Noël Grandhomme (dir.)

avec la collaboration de Philippe Alexandre

À propos du directeur de la publication

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine à Nancy (CRUHL), Jean-Noël Grandhomme est également Conférencier au Collège militaire royal du Canada à Kingston (Ontario) et Membre des comités scientifiques du Mémorial de Verdun, du Mémorial de l’Alsace-Moselle et du Musée de Gravelotte.

À propos du livre

De juin à août 1866, une guerre fratricide (Deutscher Krieg ou Deutscher Bruderkrieg) oppose l’Empire d’Autriche, suivi par la plus grande partie de la Confédération germanique, au royaume de Prusse, allié à une quinzaine de petits États allemands et au royaume d’Italie. Étape décisive de l’unification de l’Allemagne, parachevée par la guerre contre la France en 1870, le conflit de 1866 est lourd de conséquences pour la suite de l’histoire européenne. On le présente souvent comme le triomphe d’une Allemagne protestante marquée par le militarisme et l’autoritarisme d’une Prusse agressive et expansionniste sur une germanité méridionale catholique, censée davantage cultiver le goût des arts que celui des armes. Cette vision simpliste a cependant fait l’objet de multiples révisions. En même temps, ce conflit forme une partie intégrante du processus d’unification de l’Italie.

Après avoir retracé les faits, sans doute pour la première fois de manière aussi détaillée en français, cet ouvrage s’intéresse à la perception des événements par les puissances européennes, mais aussi par les acteurs et spectateurs locaux, ainsi qu’à ses multiples conséquences proches ou lointaines, abordant finalement la mémoire de cette guerre.

Pour référencer cet eBook

Afin de permettre le référencement du contenu de cet eBook, le début et la fin des pages correspondant à la version imprimée sont clairement marqués dans le fichier. Ces indications de changement de page sont placées à l’endroit exact où il y a un saut de page dans le livre ; un mot peut donc éventuellement être coupé.

Table des matières

Introduction

Jean-Noël Grandhomme

Partie I
La guerre austro-italo-allemande
dans le contexte de l’année 1866

1. La Prusse et la guerre contre l’Autriche en 1866
pour la domination de l’Allemagne

Benoît Lemay

2. 1866 : l’année du destin pour l’Europe ?

Stéphanie Burgaud

3. L’atout de la Prusse : l’industrialisation

Michel Hau

4. Florence au milieu des années 1860. La mise en état de défense d’une jeune capitale

Nicolas Guillaume

5. 1866-1871 et les avatars d’un thème politique. Le « prince étranger » en Roumanie

Florin Ţurcanu

Partie II
Les peuples d’Autriche et la guerre de 1866

1. La Mémoire de la guerre austro-italienne de 1866 en Autriche

Gabriele B. Clemens

2. Les Saxons de Transylvanie entre Autriche et Allemagne, quelle germanité ?

Catherine Roth←7 | 8→

3. Le Compromis austro-hongrois

Jean-Paul Bled

4. La Guerre de 1866 dans l’histoire de la Bohême orientale. Des faits à la mémoire régionale

Ségolène Plyer

5. « Il s’est passé quelque chose de grand sous nos yeux ». La guerre de 1866 et les Polonais de Galicie

Damian Szymczak (traduction de Rafał Dobek)

6. Splendeurs et misères d’un lieu de mémoire. Les Croates et la bataille de Vis (1866)

Edi Miloš

Partie III
Mémoires de 1866 dans l’espace allemand

1. La guerre de 1866 : plus qu’une question nationale. Points de vue catholiques en Allemagne

Philippe Alexandre

2. La Grande Pologne et la guerre de 1866

Rafał Dobek

3. La Mémoire de la guerre austro-prussienne de 1866 en Bavière

Felix Schulz

4. „Nord gegen Süd“ – Der deutsche Krieg von 1866 in einer Ausstellung des bayerischen Armeemuseums

Daniel Hohrath

5. Le Centenaire de Sadowa. La mémoire et l’histoire des guerres d’unification en République fédérale d’Allemagne dans les années 1960

Mathieu Dubois←8 | 9→

Partie IV
Mémoires de traverse

1. La Mémoire de la bataille de Custoza en Italie

Hubert Heyriès

2. The “Crisis of Luxembourg”. History and Memory of 1867

Marie-Paule Jungblut and Sonja Kmec

Partie V
Les Français et la guerre de 1866

1. Napoléon III, l’Allemagne et l’Europe en 1866

Éric Anceau

2. La Puissance allemande dans la géographie militaire française à la fin du XIXe siècle

Philippe Boulanger

3. La « querelle d’Allemands » vue par les Français. Les leçons tirées de Sadowa par les militaires en France (1866-1921)

François Cochet

4. La Guerre de 1866 dans l’imagerie d’Épinal

Philippe Alexandre

5. Les Célébrations du centenaire du rattachement de la Lorraine à la France à Nancy et à Lunéville en 1866 : l’impératrice Eugénie en Lorraine

Raphaëlle Py

6. La Guerre de 1866 vue par les Français à travers la presse (Le Temps et Le Siècle)

Simon Petitot et Jean-Marc Charlet

Conclusions

Laurent Jalabert

Bibliographie générale

Liste des auteurs←9 | 10→ ←10 | 11→

Introduction

Jean-Noël Grandhomme

De juin à août 1866 une guerre fratricide (Deutscher Krieg ou Deutscher Bruderkrieg) oppose l’Empire d’Autriche, suivi par la plus grande partie de la Confédération germanique (dont les royaumes de Saxe, de Wurtemberg, de Hanovre, de Bavière et le grand-duché de Bade) au royaume de Prusse, allié à une quinzaine de petits États allemands (dont le grand-duché d’OIdenbourg) et au royaume d’Italie.

Après la reculade d’Olmutz, en novembre 1850 – où elle a dû entériner l’hégémonie de l’Autriche sur l’ensemble germanique –, la Prusse n’a eu de cesse de se préparer à la revanche. Désirant réaliser à son profit l’Unité allemande sous la forme de la « Petite Allemagne », elle a mené avec l’Autriche la guerre des Duchés contre le Danemark de janvier à octobre 1864, avant de se retourner contre l’Empire des Habsbourg et de le vaincre très rapidement. Étape décisive de l’unification de l’Allemagne, parachevée par la guerre contre la France en 1870, le conflit de 1866 est lourd de conséquences pour la suite de l’histoire européenne. On le présente souvent comme le triomphe d’une Allemagne protestante marquée par le militarisme et l’autoritarisme de la Prusse – agressive et expansionniste, ce qui remet en cause l’équilibre européen – contre une germanité méridionale catholique censée davantage cultiver le goût des arts que celui des armes. Cette vision simpliste a cependant fait l’objet de multiples révisions.

En même temps, ce conflit forme une partie intégrante du processus d’unification de l’Italie – qui y gagne la Vénétie – et il est contemporain de l’accession au trône de Roumanie de Charles de Hohenzollern-Sigmaringen (Carol Ier), ce qui permet à la Prusse d’acquérir – en raison de l’aveuglement de Napoléon III – une zone d’influence dans les Balkans.

Cent cinquante ans après cette « guerre de Sept semaines » (Siebenwöchiger Krieg) le colloque organisé par le Centre de recherche←11 | 12→ universitaire lorrain d’histoire (CRULH)1 à la Maison des sciences de l’homme à Nancy les 29 et 30 septembre 2016 a eu pour ambition de présenter un point historiographique sur le sujet dans un esprit résolument comparatiste.

Après avoir retracé les faits, sans doute pour la première fois de manière aussi détaillée en français, on s’intéressera à la perception des événements par les puissances européennes, mais aussi par les acteurs et spectateurs locaux, ainsi qu’à ses multiples conséquences proches ou lointaines, dont la mise en place du Dualisme au sein de l’Empire des Habsbourg et la voie royale ouverte à la Prusse pour réaliser à son profit la « Petite Allemagne » sont les plus connues. On verra enfin quelle est la mémoire de cette guerre jusqu’à aujourd’hui par le biais de l’historiographie, des monuments commémoratifs, expositions, publications, cérémonies qui balisent dans les espaces allemand et centre-européen le siècle et demi qui nous sépare de 1866.←12 | 13→


1 Avec le soutien de l’Université de Lorraine, du Goethe Institut de Nancy, de l’Institut culturel italien de Strasbourg, de l’Institut culturel roumain de Bruxelles, de l’Université du Luxembourg, du Saxo Instituttet de Copenhague et du Laboratoire des sciences sociales du politique (LASSP) de l’Institut d’études politiques de Toulouse.

1. La Prusse et la guerre contre l’Autriche en 1866 pour la domination de l’Allemagne

Benoît Lemay

Qui entend gouverner l’Allemagne doit d’abord la conquérir. Dieu seul sait si le moment de cette unification est arrivé ; mais le fait que la Prusse est destinée à en occuper le sommet est une réalité sous-jacente de notre histoire. Mais quand et comment ? Telle est la question.

C’est ce que le Kronprinz Guillaume, futur roi de Prusse et empereur du Reich allemand, écrivit en mai 1849. Gouverneur militaire en Rhénanie à cette époque, le frère du roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV cultiva des relations avec des libéraux qui étaient partisans de la solution de la « Petite Allemagne », c’est-à-dire d’une unification des États allemands, excluant l’Autriche, sous l’égide de la Prusse. Sa condamnation de la reculade d’Olmütz, par suite d’un ultimatum de l’Autriche et de la Russie à la Prusse en novembre 1850 pour contrecarrer le projet d’union d’Erfurt – c’est-à-dire d’une Allemagne du Nord sous la direction des Hohenzollern –, consolida ses contacts avec ces milieux. « L’évolution historique de la Prusse, écrivait-il en mai 1850, démontre qu’elle est destinée à prendre la tête de l’Allemagne. »1

Résumé des informations

Pages
410
ISBN (PDF)
9782807603158
ISBN (ePUB)
9782807603165
ISBN (MOBI)
9782807603172
ISBN (Broché)
9782807603141
Langue
Français
Date de parution
2017 (Décembre)
Published
Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2018. 401 p.

Notes biographiques

Jean-Noël Grandhomme (Éditeur de volume)

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine à Nancy (CRUHL), Jean-Noël Grandhomme est également Conférencier au Collège militaire royal du Canada à Kingston (Ontario) et Membre des comités scientifiques du Mémorial de Verdun, du Mémorial de l’Alsace-Moselle et du Musée de Gravelotte.

Précédent

Titre: 1866, une querelle d'Allemands?