Show Less

Poèmes et Aphorismes (1989–2015)

Series:

Giovanna

Voici enfin les œuvres poétiques de 1989 à 2015 de Giovanna. Poète et peintre flamboyante, admirée de quelques-uns des plus grands poètes et peintres du siècle, de Henri Michaux à François Rouan et Pierre Alechinsky, aux côtés d’Hervé Télémaque, de Gherasim Luca et du dernier groupe surréaliste, elle peut enfin être lue et relue, et nous aider à porter le regard le plus juste, le plus fabuleux et le plus caustique sur le monde.

L’esprit d’invention extraordinaire de Giovanna n’aurait sans doute pas été à ce point libéré si elle n’avait pas goûté au fruit du surréalisme. Aujourd’hui nous pouvons, à notre tour, goûter ses textes sans nous reporter à quelque histoire que ce soit. Car cette œuvre existe, comme existe l’œuvre des plus grands humoristes noirs, de Jonathan Swift à Leonora Carrington.

Pour Giovanna, « la poésie c’est changer la couleur de la matière grise ».

Giovanna présente ici ses œuvres dans un poème-manifeste inédit, et elles sont préfacées par Jacqueline Chénieux de sa voix à la fois critique et personnelle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Napoléon au baiser de feu

Extract

TOUTES LES NUITS DE SA MAIN LIBRE MAIS TOUJOURS OCCUPÉE DE SA MAIN VACANTE MAIS VAQUANT TOUJOURS À SES OCCUPATIONS DE SA MAIN NON DIRIGISTE MAIS DIRIGEANT TOUJOURS LES OPÉRATIONS TOUTES LES NUITS DE SA MAIN VALIDE NAPOLÉON AU BAISER DE FEU DÉBOUTONNE LA COLONNE VENDÔME Qu’elle se déboulonne pour Monsieur Courbet Qu’elle se déboutonne pour l’empereur des Français Bien érigée sur la place Elle sait aussi parfaitement au poing fermé jouer qu’être le jouet Selon qu’on l’aborde de pile ou de face du poing serré Et quand d’autres les contesteront toujours jouir des prérogatives que lui confère son historicité s’en prévaloir elle sait et sait aussi comment parvenue au point ultime de la lubricité s’en servir De l’insurgé qui ignore que c’est petit à petit qu’on entre dans un panthéon pour les restes de toute une vie le poing dressé Courbet et De l’obsédé de chair fraîche ne voulant plus tendre que vers l’escadron Le brandon brandi Napoléon On ne sait chez lequel des deux la frénésie sexuelle est la plus grande et laquelle des deux servira au mieux la convoitise de la patrie en l’occurrence la France Chez Courbet quand il nous la désigne en s’en servant pour nous dire comme par un geste de la main Bonjour ? 118 Napoléon au baiser de feu ou chez Napoléon qui dès qu’il le baisse sur elle son regard grogne...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.